L’alimentation sans gluten ni caséine et l’autisme (Partie 2)

26 avril, 2016 ,

Il existe plusieurs exemples de familles qui, comme celle de Nathalie Champoux, ont essayé de retirer le gluten et la caséine de l’alimentation de leur enfant autiste. Les résultats sont toutefois mitigés, autant du point de vue de la science que dans la pratique.

Dans cet article, je vous décrirai brièvement ce qu’est l’autisme, puis je vous parlerai de la diète sans gluten ni caséine et de son efficacité pour réduire les symptômes associés à l’autisme.

Qu’est ce que l’autisme?

Depuis la dernière publication du DSM-V (encyclopédie de diagnostic médical), on ne parle plus d’autisme, mais plutôt du trouble du spectre de l’autisme (TSA). Le TSA se définit, selon Autisme Canada, comme étant une condition neurobiologique complexe qui affecte le bon fonctionnement de plusieurs systèmes dont le système digestif, immunitaire, hépatique, endocrinien et nerveux. Voilà pourquoi on définit l’autisme comme un spectre, puisqu’il inclut un continuum de sévérité et de déficiences du développement de la personne.

Incidence de l’autisme

Le TSA est l’affection neurologique prédominante chez les enfants et l’un des troubles du développement les plus communs.

Autisme et co-morbidités

School Children Eating a Healthy Lunch

Les enfants atteints d’un TSA ont tendance à avoir plus de problèmes gastro-intestinaux, d’allergies et d’intolérances alimentaires que les enfants qui n’en sont pas atteints2.

Une hypothèse veut que les enfants atteints d’un TSA aient un système digestif plus perméable, qui laisserait passer plus de molécules à travers de la paroi gastro-intestinale, ce qui déclencherait les différentes allergies et intolérances alimentaires. Selon les dernières études, cette hypothèse ne serait pas fondée. Plusieurs, études sont actuellement en cours pour éclaircir tout ça.

Une autre piste, toute nouvelle celle-là, veut que le microbiome (les bactéries qu’on retrouve dans le système digestif) des personnes atteintes d’un TSA serait différent de celui des personnes non atteintes. Cette différence expliquerait la plus grande prévalence d’allergies et d’intolérances.

autopromo_gluten_free_fr

Les recommandations nutritionnelles actuelles pour l’autisme

Le plus important pour assurer une saine alimentation aux enfants atteints d’un TSA est de leur fournir une alimentation aussi variée que possible, même s’il est parfois plus difficile de les convaincre à essayer de nouveaux aliments. Une nutritionniste et/ou un ergothérapeute spécialisé pourra vous donner plusieurs stratégies pour augmenter la variété des menus de vos enfants.

Pages : 1 2 Page suivante

The following two tabs change content below.

Auteur

Jef L'Ecuyer

Jef L’Ecuyer

Nutritionniste à SOScuisine.com

Jef est nutritionniste diplômée de l’Université McGill à Montréal depuis décembre 2014 et membre de l’ordre professionnelle des diététistes du Québec (OPDQ) et des Diététistes du Canada. Nouvellement finissante et passionnée par les arts culinaires, Jef propose un regard simple, efficace et pratique sur la planification des repas quotidiens. Dans cette perspective, elle travaille de concert avec la mission de l’équipe de SOSCuisine.

Articles

13 commentaires à “L’alimentation sans gluten ni caséine et l’autisme (Partie 2)”

avril 28, 2016 à 6:11 , Julie dit:

Vous suggérez qu’en enlevant le gluten et la caséine de notre alimentation on risque de manger moins de variétés d’aliments. Or, pour ma part, j’ai fait l’expérience du contraire. Je suis adepte de ce régime depuis 10 mois, et celui-ci m’aide à contrôler des douleurs arthritiques avec succès (merci Dre Jacqueline Lagacé!). J’ai également coupé le sucre raffiné, la viande rouge, les jus de fruits, le café, le vin. Et pourtant mes menus sont beaucoup plus variés et colorés qu’avant! Je mange davantage de légumes et de fruits, je découvre des tonnes de nouveaux produits délicieux (graines, flocons de quinoa, pains et céréales sans gluten, lait de coco, crème glacée au coco, etc., que les enfants adorent). Avant, je mangeais toujours la même chose par habitude. Maintenant que j’ai pris ma santé en main, mes menus sont plus recherchés et je me sens tellement mieux. Mes restrictions m’ont ouvert sur une nouvelle dimension. Et j’introduis ces nouveautés tranquillement à mes enfants et mon mari, et le transition se passe bien pour eux.

J’ai peur que votre article ne décourage des gens de suivre le régime hypotoxique – il a réglé plusieurs de mes ennuis de santé, et je pense qu’il vaut la peine d’être essayé. Peu importe que ce soit en raison de la perméabilité de l’intestin, ou du microbiome, ou de l’axe intestin-cerveau, et peu importe qu’il n’y ait pas d’étude scientifique à l’appui. C’est une piste extraordinaire.

Mon fils n’a pas de diagnostic de TSA, mais il a des problèmes d’attention et j’ai décidé de le faire voir par une naturopathe sous peu et de commencer l’approche de Nathalie Champoux: couper le gluten, la caséine, le soya, et faire des tests biomédicaux pour identifier s’il a d’autres intolérances alimentaires, et s’il a un trop haut taux de métaux lourds. Car il n’est pas toujours suffisant de couper le gluten et la caséine, comme l’explique Mme Champoux dans son livre.

Bref, aux parents qui doutent – renseignez-vous, lisez le livre de Mme Champoux, le livre Brain Maker de Dr. Perlmutter, et celui de Dre Jacqueline Lagacé. Innocuité garantie.

avril 28, 2016 à 9:18 , Andrée Robert dit:

Et selon vous, la peur des carences est justifiée? D’où vient cette immense crainte des carences alimentaires? Elle pèse si lourd dans la balance qu’elle justifie l’empoisonnement, la torpeur et la dégénérescence d’une société!

Qui nourrit cette peur? À qui profite-t-elle? Quand se réveillera-t-on?

Qu’ arriverait-il, Jef, à une jeune nutritionniste, si elle prenait la plume pour dénoncer les lobby alimentaires qui rendent malade notre société, sans aucun remord? Si elle travaillait à mettre en lumière les liens qui existent entre les immenses profits des corporations dans le domaine alimentaire et la masse toujours croissante d’individus malades qui enrichissent les compagnies pharmaceutiques?

Mais une nutritionniste doit être prudente et surtout, bien craindre les carences, comme appris. Le réseau neuronal qui unit le cerveau et l’intestin peut continuer de dormir en paix.

Cinzia Cuneo

avril 28, 2016 à 9:34 , Cinzia Cuneo dit:

Bonjour Julie et Andrée,
Notre service d’aide à bien s’alimenter opère depuis 11 ans. Nous offrons toutes sortes de menus selon les besoins de notre clientèle, entre autres, aussi un menu « hypotoxique » (sans gluten, ni produits laitiers): https://www.soscuisine.com/fr/inflammation-chronique/menus-intelligents. Nous n’avons donc aucun intérêt à « faire peur », mais nous essayons plutôt de mettre en garde contre les risques de faire les mauvais choix. Si vous êtes capables de bien manger tout en éliminant plusieurs produits de votre alimentation, tant mieux pour vous. Mais cela n’est pas le cas de tous. Nous rencontrons régulièrement des personnes qui empirent leur état de santé tout en croyant avoir trouvé la solution miracle dans telle ou telle autre diète. C’est en pensant à ces personnes que nous essayons de faire la part de choses. C’est tout.

mai 02, 2016 à 9:04 , Andrée Robert dit:

> Merci beaucoup pour votre réponse Cinzia. Vous faites un travail remarquable et la publication de Jef ne méritait pas de reproches. Lorsque je l’ai lu, je venais juste de terminer le livre de Nathalie Champoux.

Celui-ci, malgré l’espoir qu’il contient, a éveillé en moi des sentiments de tristesse et, je l’avoue, une dose de cynisme devant la dégradation de notre planète et ses conséquences sur la santé et la qualité de vie de nos enfants.

Merci pour votre ouverture d’esprit et pour votre excellent travail.

Cinzia Cuneo

mai 02, 2016 à 9:28 , Cinzia Cuneo dit:

Merci à vous de votre soutien.

avril 28, 2016 à 9:22 , Henjo dit:

Bonjour, en réaction à cet article…

Je suis la maman de 4 enfants dont trois, officiellement, ont un diagnostic de TSA… Nous retrouvons également chez mes enfants beaucoup d’allergies multiples (alimentaires entre autres) et, ils ont souffert également d’intolérance dès leur arrivée au monde… via le lait maternel d’abord.

Dès la réception du diagnostic pour mon aîné, nous avons entrepris cette démarche du régime sans gluten et sans caséine avec le suivi d’une personne spécialiste dans ce domaine. À ce moment-là, les ressources disponibles en magasin pour satisfaire ces exigences alimentaires étaient encore très limitées… Il nous fallait cuisiner pas juste un peu plus souvent que la moyenne… Le pain, sous toutes ces formes… Faire et tester les mélanges de farine (sans gluten)… parce qu’un mélange qui convenait pour une recette de gâteau, ne convenait pas nécessairement à une autre… ou pour des biscuits…

Il fallait en plus tenir compte des autres allergies alimentaires sévères présentes et des intolérances… donc, sans arachide, noisette, amande, cacao, poisson… mais également, sans protéines bovine, soya,

Tout ceci associé à une prise au dessus des quantités habituelles de Vitamine C, de prise d’oméga 3…

Bref… on avait le sentiment de s’occuper davantage de la nourriture que d’avoir des activités favorisant la socialisation des enfants.
Les résultats sur le comportement… mitigé. Après trois ans, oui, il y avait je crois certaines manifestations d’amélioration mais, relativement faible par rapport à l’effort fourni. Avec ça que les enfants ont développé un sentiment de privation et d’exclusion encore plus grande…
Et, c’était sans compter les coûts des produits spécialisés… beaucoup plus élevés et, comme il ne s’agit pas d’un diagnostic officiel lié à l’intolérance au gluten… non, remboursable ou créditable au niveau des frais de santé.

Je crois que certains parents ont effectivement vu des changements vraiment radicaux de leurs enfants TSA… J’en suis sincèrement heureuse pour eux. Pour nous, ça a été plus mitigé. Malheureusement.

Et, en accord à l’article, oui, si vous désirez suivre cette approche, assurez vous d’avoir tous les appuis non seulement diététiques, mais des ressources de répit, de socialisation pour l’enfant… d’être suivi par plusieurs professionnels qui communiquent entre eux afin de concerter leurs efforts.

Merci beaucoup pour cet article!

avril 28, 2016 à 9:43 , Julie Thibault dit:

Bonjour,

Je vous invite à écouter ce segment de l’émission Salut Bonjour où le Dr. Laurent Mottron était invité. Il a très bien expliqué ce qu’il en est de l’autisme et de l’alimentation.

http://tva.canoe.ca/emissions/salutbonjour/chroniques/detail/le-point-sur-les-traitements-de-l-autisme

Pour ce qui est de Mme Champoux…. son cas est simplement anecdotique. Tous les humains vont mieux quand ils mangent mieux. Les autistes aussi car ils sont humains. Elle prétend avoir « guérit » ses enfants (dont un qui n’avait même pas un an donc impossible qu’il ait eu un diagnostic), alors que l’autisme n’est pas une maladie.

Si vous avez des régimes qui guérissent de l’autisme, en avez-vous aussi qui guérissent, par exemple, de l’homosexualité? L’idée est tout aussi absurde pour ceux qui s’y connaissent vraiment en autisme.

Pas besoin d’encourager les parents à perdre temps et énergie là-dessus, vous l’avez bien dit, c’est déjà parfois assez difficile comme ça pour l’alimentation sans en rajouter avec des régimes coûteux et inutiles.

Merci toutefois d’avoir préciser que ceux qui veulent quand même perdre temps et argent avec ça doivent le faire avec des nutritionnistes pour ne pas nuire au développement de l’enfant.

Bonne journée!

Julie Thibault, asperger, maman d’un garçon asperger.

avril 28, 2016 à 3:14 , Agnes du Perray dit:

Je trouve assez grave que vous découragiez les parents d’essayer ce régime. Mon garçon a été diagnostiqué en 2007, et la première chose pour nous a été de le mettre au régime sans gluten sans caséine. Non, cela ne ‘guérit’ pas mais nous avons vu des changements considérables, surtout dans le fait de se jeter par terre ou contre les murs. Il faut savoir que chez les enfants autistes, le gluten se transforme parfois en opiacées dans le système intestinal, et qu’il en résulte une grande hyposensibilité. Ces enfants sont comme drogués. Dès l’arrêt du gluten, nous avons observé une diminution énorme de l’hyposensibilité, qui s’est transformé en hypersensibilité dans certains cas. Mais ce régime n’est qu’un début, il faut continuer à faire beaucoup d’autres démarches pour voir de réels changements. Dans notre cas, nous nous sommes appuyés sur l’ostéopathie, la naturopathie et l’homéopathie, toujours avec des spécialistes. Au fur et à mesure que son système intestinal se guérissait, mon fils mangeait de plus en plus diversifié et acceptait de plus en plus de textures différentes, ce qui n’était pas le cas avant le régime.
Oui c’est cher et cela peut paraître restrictif, mais personne n’a le droit de décourager des des parents ou prétendre que c’est inutile parce que la science ne peut pas encore le prouver. So what ? Tout ce qui peut aider mon fils, je suis prête à l’essayer. Et avec tout ce que nous avons fait, notre fils est transformé. Son trouble est toujours là, mais bien plus gérable et à peine discernable pour ceux qui ne le connaissent pas. Pour les parents cela signifie un quotidien bien moins lourd, et cela vaut les sacrifices.
Effectivement, cela ne fonctionne pas pour tous, mais cela veut vraiment la peine d’essayer. Je me méfie de tous les nutritionnistes et autres personnes bien intentionnées qui n’ont aucune idée de ce qui signifie vivre avec un enfant autiste.>

Jef L'Ecuyer

avril 28, 2016 à 3:24 , Jef L'Ecuyer dit:

Bonjour Agnès,

merci pour votre commentaire.

Je ne vous décourage pas d’essayer, au contraire! Comme je le dis à la toute fin de mon article, nous proposons même des menus qui peuvent vous aider à mieux planifier une alimentation sans gluten ni caséine.

Jef

mai 04, 2016 à 3:40 , Mathieu Giroux dit:

1-Jeff, je en sais pas comment vous arrivez à affirmer votre définition de l’autisme, mais le DSM-V ne parle aucunement de problème digestif. En reprenant votre source (vous dites l’association canadienne, mais vous citez l’association québécoise)le DSM-5 définit l’autisme comme « Le trouble du spectre de l’autisme se caractérise par des difficultés importantes dans deux domaines, soit la communication et les interactions sociales et les comportements, activités et intérêts restreints ou répétitifs. » (Fédération Québécoise de l’Autisme)

2-Si la présentation du Dr Mottron à Salut Bonjour ne vous à pas convaincu que le gluten et la caséine est sans lien avec l’autisme puisque l’autisme n’a rien à voir avec les problèmes de sensibilité (tous les humaines sont hypo ou hyersensible), lisez la revue « Sur le Spectre » (http://www.autismresearchgroupmontreal.ca/SurLeSpectre/Sur_le_spectre_no_1_2016-04.pdf) Magazine officiel du Groupe de recherche en neurosciences cognitives de l’autisme de Montréal.

Vous pouvez aussi consulter, les différents sites suivant affirmant tous qu’aucun lien existe entre autisme et gluten/caséine:
-Agence française de sécurité sanitaire des aliments http://www.lanutrition.fr/bien-dans-sa-sante/les-maladies/l-autisme/autisme-lafssa-rejette-le-regime-sans-gluten-et-sans-caseine.html
-Aut’Créatifs: https://autcreatifs.com/2015/11/18/autisme-et-alimentation-un-vieux-mirage/
– EDP nutrition : http://www.edp-nutrition.fr/focus/clinique/950-le-regime-sans-caseine-et-sans-gluten-peut-il-guerir-lautisme-
– Le Devoir: http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/288356/un-regime-sans-gluten-n-a-aucune-incidence-sur-l-autisme
– PDF de Jean-Louis Brisson http://www.lemangeur-ocha.com/fileadmin/images/dossiers/alimentations-particulieres/colloque-ocha-alimentations-particulieres-BRESSON.pdf

Difficile après de soutenir le discours de Mme Champoux, ayant aucune base scientifiquement démontrable, par rapport à tous ces spécialistes de différentes nationalités, universités et compréhension de l’autisme.

Vous ne parlez pas n’ont plus de toutes les répercussions collatérales que cette fausse hypothèse cause sur les familles et les autistes. Un très beau texte en ce sens: Le droit d’être autiste et de manger du gluten (http://quebec.huffingtonpost.ca/emmanuelle-assor/autisme-autiste-regime-sans-gluten-pseudoscience-sante_b_8962288.html)

Mathieu Giroux
Autiste et conférencier
decouverteaspi.wordpress.com

Cinzia Cuneo

mai 04, 2016 à 9:36 , Cinzia Cuneo dit:

Bonjour Mathieu Giroux,
Merci pour votre commentaire. Jef L’Ecuyer est en voyage présentement, mais elle vous repondra à son retour, dans 2 semaines.

août 10, 2016 à 11:08 , mauricemaltais dit:

Bonjour

Je me demande si la nutrition a son mot à dire dans la cause de l’autisme., Cela pourrait expliquer les bienfaits de l’enlèvement du pain et de la caséine. Peut-être la première cause de l’autisme c’est l’excès de la vitamine b3. Les effets secondaires de son excès sont plusieurs maladies inflammatoires comme l’eczéma l’ asthme et le foie et qui cet effet secondaire en particulier pourrait expliquer les problèmes des intestins.
En suivant un régime moins fort en vitamines b3 on pourrait évaluer les résultats.
Maurice

Jef L'Ecuyer

août 10, 2016 à 2:09 , Jef L'Ecuyer dit:

> Bonjour Maurice!

Le role de la nutrition dans le développement, dans le traitement et dans la gestion des troubles du spectre de l’autisme est un sujet très intéressant mais peu étudié encore. Il nous faudra avoir plus d’études sur le sujet avant de bien le comprendre.

Pour ce qui est de la vitamine B3, elle joue un rôle essentiel dans plusieurs fonctions vitales du corps. Il n’est donc ma recommandé de l’éliminer de son alimentation avant d’en parler avec un professionnel de la santé.

Merci,
Jef

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *