Quoi consommer ou éviter en cas de pierres aux reins?

9 septembre, 2019 ,

2) Limiter sa consommation de sodium

Consommer trop de sel peut faire en sorte que les reins vont excréter trop de calcium dans l’urine, ce qui peut augmenter le risque de développer des lithiases rénales. De façon générale, la quantité de sodium recommandée par jour est de 1500 milligrammes, ce qui équivaut à seulement ⅔ de cuillerée à thé de sel de table! Les Canadiens en consomment en moyenne 2760 milligrammes chaque jour, soit presque le double de l’apport quotidien recommandé. Bien qu’éliminer la salière peut être utile, ce n’est pas suffisant, puisque 77% de l’apport en sodium des Canadiens provient des aliments transformés! La solution est d’éliminer ou du moins réduire sa consommation d’aliments transformés et cuisiner à partir de produit frais. Lorsque vous choisissez des produits emballés, lisez les étiquettes pour vous assurer de choisir un produit ayant une faible teneur en sodium. Optez pour un produit qui contient moins de 200 mg de sodium (soit 8% et moins), et si possible moins de 115 mg de sodium (5% et moins). Faites aussi attention à la portion que vous consommez.

3) Réduire sa consommation de protéines animales

Les protéines animales peuvent augmenter le risque de développer des pierres aux reins en augmentant l’excrétion de calcium et réduisant l’excrétion de citrate dans l’urine. Ainsi, si vous consommez beaucoup de viande, il pourrait être utile de réduire votre consommation de protéines animales (viande, volaille, poisson, fruits de mer, œufs) et de manger plus souvent des repas végétariens à base de soya ou de légumineuses (au moins deux fois par semaine). Si vos cristaux sont à base d’acide urique, il serait important de limiter votre consommation d’alcool et de purines. Les purines se retrouvent en majorité dans les fruits de mer, les abats et la viande de gibier.

4) Limiter son apport en oxalates

Il peut être utile de limiter votre apport en oxalates seulement si vous avez des cristaux à base d’oxalates de calcium, puisqu’une alimentation riche en oxalates augmente la production urinaire d’oxalates. Les oxalates se retrouvent dans la plupart des aliments d’origine végétale, qui sont bénéfiques pour la santé. Il n’est donc pas recommandé d’éliminer tous les aliments qui contiennent des oxalates, mais plutôt seulement ceux qui sont très élevés en oxalates, soient les sept aliments suivants : les amandes (et le beurre d’amande), les arachides (qui sont des légumineuses et non des noix), la rhubarbe, les épinards, le son de blé, les betteraves et le chocolat. Pour une liste plus complète du contenu en oxalates des aliments, consultez ce lien (en anglais). Il est à noter que les bonnes bactéries probiotiques se nourrissent d’oxalates. Ainsi, consommer des aliments riches en probiotiques comme le kéfir et certains yogourts ou prendre un supplément de probiotiques peut aider à réduire la quantité d’oxalates excrétée dans l’urine si votre microbiote est débalancé.

5) Maintenir un poids santé

Certaines études démontrent qu’avoir un surplus de poids est associé à une augmentation du risque de lithiases rénales à base d’oxalates de calcium et d’acide urique. Le maintien d’un poids santé via une alimentation équilibrée et la pratique régulière d’activité physique peut donc aider à réduire le risque de lithiases rénales.

6) Consommer suffisamment de fruits et de légumes

Une alimentation riche en fruits et légumes peut aider à prévenir la formation de lithiases rénales en rendant l’urine moins acide et aussi grâce à leur contenu en nutriments comme le potassium et les fibres alimentaires. Le potassium contribue à réduire l’excrétion urinaire du calcium. Les fibres insolubles contribuent à réduire l’absorption du calcium dans l’intestin, donc le taux de calcium dans l’urine.

7) Faire attention aux suppléments de vitamines et minéraux

Certains suppléments peuvent favoriser la formation de lithiases rénales. Par exemple, un excès de vitamine C se transforme en oxalates, augmentant ainsi la production urinaire d’oxalates. Consulter votre médecin ou une nutritionniste pour déterminer quels suppléments vous devriez prendre et éviter.


Références

Pages :Page précédente 1 2

The following two tabs change content below.

Auteur

Kathryn Adel

Kathryn Adel

Kathryn possède des baccalauréats en kinésiologie et en nutrition et une maîtrise en nutrition sportive. Elle est membre de l’OPDQ et de l’Academy of Nutrition and Dietetics. Athlète de demi-fond, elle a couru pour l’équipe Montréal-Olympique et le Rouge et Or. Kathryn se spécialise en nutrition sportive, perte de poids, diabète, santé cardiovasculaire et gastro-intestinale. Kathryn possède beaucoup d’expérience avec l’approche FODMAP et a complété la certification de l’université Monash.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre infolettre hebdomadaire inclut :

  • Votre nouveau menu
  • Recettes, conseils nutrition et alimentation
  • Occasionnellement, des promotions sur les produits et services de SOSCuisine et de certains partenaires de confiance
  • Occasionnellement, des invitations à aider la recherche universitaire en répondant à des sondages ou études
  • Votre adresse email ne sera jamais transmise à des tiers et vous pourrez retirer votre consentement à tout moment.
SOSCuisine, 3470 Stanley, bureau 1605, Montréal, QC, H3A 1R9, Canada.