5 raisons de manger local

9 juin, 2017 , ,

Avec la saison de croissance qui est en plein essor, on devrait penser à ajouter le plus possible d’aliments locaux dans notre assiette. Pourquoi favoriser nos fermiers locaux? Les petites fermes locales ont un impact positif au niveau économique, social et environnemental. On peut prioriser nos achats en commençant dans notre communauté, ensuite dans notre région, notre province et finalement notre pays. Un aliment est dit « local » s’il respecte la distance-limite de 100 miles (160 km) de notre maison.

Les légumes et fruits ont beaucoup de fraîcheur

Les produits sont cueillis à leur meilleur et par la suite vendus dans un laps de temps court, habituellement dans les 24 heures suivant la récolte. La saveur est donc supérieure. En achetant du fermier, il est possible de lui poser des questions comme la provenance du produit et les méthodes utilisées pour la culture et la récolte. On peut apprendre beaucoup sur le produit.

 Manger local = Manger avec les saisons

La disponibilité des légumes et fruits va avec les saisons. On mange donc des produits qui sont à leur meilleur et on économise la plupart du temps. De plus, les fermiers qui cultivent pour un marché local et surtout sans intermédiaire vont favoriser le goût, la nutrition et la diversité des produits lors de la sélection de la variété qui sera cultivée. Contrairement aux marchés conventionnels où les cultures supportant bien le transport et la récolte mécanique sont favorisées. Une plus grande diversité offerte par le fermier se traduit par une plus importante diversité nutritionnelle pour le consommateur.

Certains produits locaux contiennent plus de nutriments

berry-pancake-alexandra-kusper

La distance entre la récolte et la table est beaucoup plus courte que dans le cas des produits conventionnels. Il y a donc une perte moins importante de nutriments pour certains produits tels que les tomates, abricots, pêches, poivrons rouge, chou frisé, brocoli et haricots verts. En revanche, les pommes, oranges, pamplemousses, carottes conservent leur valeur nutritive lors du transport.

Le laps de temps étant court de la récolte à la table pour un produit local, il y a moins de manipulation avant la vente, minimisant ainsi le risque de dommages et de contamination. Il est à noter que les tomates, les légumes feuillus et les pêches sont plus susceptibles à la contamination croisée de pathogènes.

Support de l’économie locale

L’argent dépensé chez les fermiers locaux reste proche de nous et est réinvesti dans notre communauté. De plus, des relations au sein de la communauté se forment.

C’est écologique

Lorsqu’on appuie nos fermiers, on encourage le maintien des terres agricoles qui se trouvent à proximité de notre communauté. Aussi, il y a moins d’émissions de gaz à effet de serre suite au transport de la ferme à la table. Présentement, on estime en moyenne que les produits conventionnels proviennent d’une distance de 2400 km.

Finalement, les petites fermes sont plus ouvertes à adopter des méthodes écologiques. Elles contribuent souvent à la diversité des cultures et des insectes, en plus d’utiliser généralement moins de pesticides.

SOSPlus pour des VRAIS spéciaux des circulaires

Ressources

  • L’organisme québécois Équiterre nous permet de s’associer directement à un fermier de famille et recevoir des paniers biologiques.
  • Trouvez votre marché public au Québec: www.ampq.ca
  • Le logo Aliments du Québec, « c’est tout produit entièrement québécois ou tout produit composé d’un minimum de 85 % d’ingrédients d’origine québécoise, et ce, à condition que tous les ingrédients principaux proviennent du Québec. De plus, toutes les activités de transformation et d’emballage doivent être réalisées au Québec». www.alimentsduquebec.com
The following two tabs change content below.

Auteur

Marie-Maxime Bergeron

Modifier les comportements alimentaires de façon graduelle et adapter ces derniers à la situation de mes clients est la pierre angulaire de mon approche. Bien manger pour le plaisir et la santé est l’objectif et tout débute par un retour à la simplicité dans nos habitudes. Je suis diplômée de l’Université de Montréal et ai offert des services de counseling en nutrition depuis ce temps, il y a maintenant 10 ans!

Marie-Maxime Bergeron

Derniers articles par Marie-Maxime Bergeron (voir tout)

Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *