Hiring FR

6 raisons pour lesquelles vous devriez prioriser votre sommeil dès maintenant

23 avril, 2018 ,

Le sommeil est vital pour la santé, autant physique que mentale. Il est recommandé de dormir entre sept et neuf heures par nuit. Pourtant, environ un tiers des adultes Canadiens dorment moins de sept heures par nuit. Voici six raisons pour lesquelles vous devriez prioriser votre sommeil dès maintenant!

1) Mortalité

Selon une méta-analyse publiée dans le Journal of American Heart Association, dormir moins de sept heures par nuit est associé à une augmentation de 6% du risque de mortalité, toutes causes confondues. Mais attention, l’ensemble des études suggère aussi que dormir trop longtemps (plus de neuf heures par nuit) augmenterait aussi le risque de mortalité et de maladies chroniques.

2) Poids corporel et obésité

Les études démontrent que les individus qui dorment moins de sept heures par nuit de façon chronique ont plus tendance à être obèses, à gagner du poids et à avoir un tour de taille et un pourcentage de gras plus élevé comparativement à ceux qui dorment sept heures ou plus. Un manque de sommeil est aussi associé à une augmentation de l’apport calorique, plus particulièrement provenant de collations et des aliments gras. Dans les études, un sommeil insuffisant a été associé à une surconsommation d’énergie variant entre 200 et 600 calories par jour. Le sommeil aide à maintenir l’équilibre entre les hormones de la faim (ghréline) et de la satiété (leptine). Lorsqu’on ne dort pas assez, le niveau de ghréline augmente et le niveau de leptine diminue. Cela fait en sorte qu’on a plus faim quand on est fatigué que quand on est bien reposé. La fatigue cause aussi une altération du jugement et de la prise de décision, ce qui peut modifier les choix alimentaires.

3) Diabète et maladies cardiovasculaires

Un sommeil insuffisant à long terme augmente la tension artérielle et est associé à une augmentation du risque de maladies cardiaques et d’accidents cérébrovasculaires. Selon deux méta-analyses, un manque de sommeil à long terme augmenterait la glycémie à jeûne, l’hémoglobine glyquée ainsi que la résistance à l’insuline et serait associé à un risque environ 30% plus élevé de développer le diabète de type 2.

Pages : 1 2 Page suivante

The following two tabs change content below.

Auteur

Kathryn Adel

Kathryn Adel

Kathryn possède des baccalauréats en kinésiologie et en nutrition et une maîtrise en nutrition sportive. Elle est membre de l’OPDQ et de l’Academy of Nutrition and Dietetics. Athlète de demi-fond, elle a couru pour l’équipe Montréal-Olympique et le Rouge et Or. Kathryn se spécialise en nutrition sportive, perte de poids, diabète, santé cardiovasculaire et gastro-intestinale.

Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *