Ce que Montréal a dans le ventre

13 février, 2012

Bien que la scène culinaire montréalaise ne cesse de se renouveler et d’innover, la plupart d’entre nous ne considèrent probablement pas Montréal comme une destination exotique où faire un stage en sciences gastronomiques.

Pourtant, 10 de mes collègues de l’Université des sciences gastronomiques (UNISG), en stage à Montréal en novembre, vous diraient tout le contraire! En effet, ces étudiants originaires pour la plupart d’Italie se sont retrouvés bien dépaysés lorsqu’ils ont dégusté la poutine, le smoke meat et la tire-éponge!

Émilie Folie-Boivin, journaliste pour Le Devoir, les a suivis pendant leur découverte gastronomique de la métropole. Cette expérience lui a inspiré deux articles. À travers ceux-ci, elle a parfaitement réussi à transmettre l’esprit des étudiants de l’UNISG! Les citations qu’elle a introduites dans ces articles sont typiques des discussions que nous avons tous les jours ici, en Italie.

Ce que Montréal a dans le ventre (1) (réservé aux abonnés Le Devoir) raconte comment ces futurs gastronomes arrivés d’Italie ont cherché à déchiffrer la gastronomie québécoise et à en définir l’identité. Pour atteindre cet ambitieux objectif, leur stage, organisé par David Szanto, enseignant en gastronomie à l’UQAM, Condordia et l’UNISG, durait 10 jours. what_mtl_eats12 Entre visites des restaurants et commerces montréalais, de la Main au quartier chinois en passant par la maison mère de Première Moisson et bien d’autres, les étudiants ont eu la chance de découvrir ce que Montréal a dans le ventre!

Ce que Montréal a dans le ventre (2) (accessible à tous) révèle les impressions et -très intéressantes!- réflexions des étudiants à la fin de leur séjour à Montréal. Je vous invite fortement à les lire pour (enfin!) savoir ce que pensent vraiment les étrangers de la cuisine québécoise 😉

Découverte des produits Première Moisson et visite de la production à la maison mère de la compagnie. Les étudiants ont été particulièrement étonnés de découvrir l’immense variété de types d’œufs que ce commerçant du Marché Jean-Talon proposait à ses clients!

what_mtl_eats2

Immanquable, la poutine devait nécessairement faire partie du parcours-découverte de la gastronomie québécoise! Les avis au sujet de ce plat unique sont très partagés, mais une chose est certaine, il n’a laissé aucun futur gastronome indifférent!

what_mtl_eats3

Expérience unique : la préparation des chapatis avec la communauté sikhe de Montréal, suivie d’une cérémonie et du partage du repas (dit langar) au sein du temple Gurdwara Sahib!

what_mtl_eats4

Un boucher italien, installé à Montréal, a invité les étudiants pour un atelier de fabrication de saucisses et leur a fait visiter sa boutique de produits italiens.

what_mtl_eats5

Les étudiants m’ont confié que la visite aux Fermes Lufa avait été l’une des plus surprenantes. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut visiter la première serre au monde à commercialiser des produits obtenus par culture hydroponique. Tous les produits de cette ferme « urbaine et responsable » sont sans pesticide et herbicide.

what_mtl_eats6

Les stagiaires ont eu la chance d’admirer ce paysage typique des vergers québécois lors de leur visite à la Cidrerie Michel Jodoin où ils ont pu découvrir la production du cidre de glace et déguster les spécialités de l’entreprise!

what_mtl_eats7

Un merci tout spécial à Giorgio Brambilla pour les photos.

The following two tabs change content below.

Auteur

Eloïse Vincent

Eloïse Vincent

Technicienne en diététique et gastronome à SOSCuisine

Collaboratrice de SOSCuisine depuis 2009, Éloïse dirige maintenant nos destinées européennes depuis notre bureau de Paris. Détentrice du rare titre de Gastronome diplômée de l’Université des sciences gastronomiques de Bra, en Italie, obtenu avec la meilleure note cumulative de l’histoire de l’université, Éloïse est également diététicienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *