Coupable de votre surpoids?

5 février, 2015

Selon un récent sondage, 93% d’entre vous ont déclaré se sentir coupables d’être en surpoids. Vous vous sentez donc coupables, mais de quoi? De manquer de volonté? De ne pas y mettre assez d’énergie? De ne pas être assez assidu(e)? Et si vous étiez simplement « coupables » de vouloir trop bien faire sans avoir la bonne méthode?

Vous avez sûrement déjà dévisagé avec envie, au restaurant, votre voisin de table qui dégustait la fameuse lasagne gratinée que vous vous étiez interdit de commander (vous avez d’ailleurs bavé d’envie en reluquant les filets de fromage fondu avec lesquels il se débattait avec sa fourchette).

Vous avez peut-être sommé votre collègue de bureau de cacher les boîtes de chocolats de Pâques dans son tiroir barré à clef, par peur de «passer au travers».

Vous vous êtes déjà endormi affamé(e) parce qu’il paraît que manger tard fait engraisser, et avez essayé de tromper la faim en buvant un grand verre d’eau et en feuilletant le magazine de Ricardo.

Vous avez entamé trois abonnements intensifs au gym en janvier et l’avez déserté au mois de février.

Vous êtes devenu(e) la reine/le roi de la règle de trois pour compter les calories des portions consommées et comme vous jonglez facilement avec les chiffres, vous avez souvent économisé une tranche de pain pour vous autoriser trois bouchées de riz de plus au dîner.

Vous avez jeté un coup d’œil coupable dans la salle d’attente déserte du dentiste pour pouvoir déchirer la rubrique « Trucs minceur » d’un magazine féminin de 2005.

Vous avez probablement menti à votre belle-sœur au party de fête de votre petite nièce en disant que « Non, vraiment, vous n’aimez pas le chocolat » alors qu’elle vous tendait une part de brownie.

brownies_patate_douce

Vous gardez depuis des années un jean trop petit dans lequel même vos cuisses ne passent plus pour vous « redonner la force » de garder le CONTRÔLE alimentaire.

Malgré tous ces efforts… au restaurant vous avez commandé un café, englouti un dessert puis terminé celui de votre ami, sous les yeux ébahis de votre voisin de table (et du petit filet de fromage qui subsistait au coin de sa bouche), en pensant malgré tout à votre lasagne tant convoitée (et qui contenait finalement moins de calories que votre salade et les deux desserts). Vous êtes restée au bureau plus tard pour voler un, deux, trois chocolats à votre collègue. Vous vous êtes peut-être dit qu’avec toutes les séances manquées au gym, vous auriez pu vous acheter un beau vélo pour vous balader l’été. Vous avez rêvé de Ricardo, de sa dinde aux canneberges et de sa tarte citron-pavot et vous êtes réveillée en sursaut, toujours affamé(e), vérifiant qu’aucun bourrelet n’avait poussé pendant la nuit. Vous avez souvent perdu le compte des calories en abusant des règles de trois, alors tant qu’à faire, vous avez fini votre pain votre riz, et le reste de votre assiette. Vous redoutez maintenant chaque visite chez le dentiste car vous êtes persuadée que la secrétaire vous avait pris en flagrant délit de vol. Vous avez peut-être fini par manger deux parts de brownies chez votre belle-sœur, en cachette, dans la cuisine, pendant que les invités partaient. Et vous passez peut-être beaucoup de temps à haïr votre ventre, vos cuisses, vos fesses, les larmes aux yeux, chaque fois que vous sortez ce satané jean trop petit de votre garde-robe.

CoupableDeVotreSurpoids

Vous vous sentez coupable? Vous avez pourtant fait de gros efforts. Vous y avez consacré beaucoup de temps, d’énergie et de volonté. Trop peut-être, et investi au mauvais endroit. Et si le coupable, ce n’était pas vous, mais la méthode utilisée pour arriver à vos fins? Au bout de 5 ans, 95% des régimes amaigrissants se soldent par un échec (Stunkard et McLaren-Hume). De plus, dans la majorité des cas, les régimes amaigrissants causent, à long terme, un gain additionnel de poids (Mann, Tomiyama, 2007).

Les privations (incluant les tentatives de privation) et la culpabilité mènent à l’excès, qui mène à la prise de poids.

L’échec des régimes bousille aussi votre estime personnelle, votre sentiment de compétence et nuit à votre image corporelle.

L’obsession ne vous a finalement pas amené à manger plus santé, bien au contraire, et ce, malgré toute votre bonne volonté.

Vous n’êtes pas coupable, vous n’avez pas commis de faute. Le coupable est celui qui a commis une faute, celui qui a commis un acte condamnable, blâmable. Vous, vous avez suivi la méthode à la lettre : vous avez suivi des régimes alimentaires, perdu du poids grâce à eux, et repris le poids perdu à cause d’eux.

Vous n’y êtes pour rien. Il est donc temps d’enlever le mot « coupable » de votre vocabulaire et de ne plus être un bon élève de ces techniques soi-disant miracles pour perdre du poids. Le coupable ici c’est la méthode, l’industrie de l’amaigrissement qui vous soutire énergie, temps, argent. À vouloir bien faire, vous en avez été victime!

Il existe cependant une solution : l’alimentation intuitive! Il est encore temps de «reprendre le contrôle», mais différemment cette fois. En faisant la paix avec votre corps plutôt qu’en lui déclarant la guerre, afin de réapprendre à suivre les signaux de faim et de satiété qu’il vous envoie pour retrouver votre poids naturel, car c’est lui le spécialiste de vos besoins. Exit la privation et la frustration, bonjour la satisfaction et le plaisir de manger en toute liberté pour en finir avec ce combat de poids qui occupe une trop grande place dans votre vie.

SOSCuisine/autopromo_healthy_fr

 

The following two tabs change content below.

Auteur

Marjolaine Mercier

Marjolaine détient baccalauréat en nutrition (Université Laval), un certificat en psychologie (UQAM) ainsi qu’une formation en Gestalt-thérapie (IQGT). Elle complète actuellement un certificat sur l’alimentation végétale (Cornell University). Elle est la fondatrice des Cliniques M Nutrition sur la Rive-Sud de Montréal en plus d’être co-auteur du livre ‘Ménager la chèvre et manger le chou » (mars 2018). En consultation individuelle comme en conférence, son dynamisme saura vous motiver!

Marjolaine Mercier

Derniers articles parMarjolaine Mercier (voir tout)

Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *