Des oranges… royales

6 février, 2010

Publié originalement dans le Journal de Montréal le 6 février 2010.

Malgré leur nom, les oranges sanguines n’ont rien de « sanguinaire ». Bien au contraire, elles sont tout à fait délicieuses, à la chair rouge, au goût sucré et légèrement piquant, avec un léger parfum de framboise.

Les oranges sanguines sont apparues d’abord en Sicile, au Xème siècle, pendant la domination arabe. En raison de leur apparence opulente et la saveur singulière, elles étaient au départ réservées à la royauté. Au fil du temps, elles sont devenues une source de richesse importante pour la Sicile, qui continue à les exporter à travers le monde.

Les variétés d’oranges sanguines que l’on retrouve plus souvent chez nous sont la Moro, à l’écorce et à la chair nettement rougeâtres, et la Tarocco, ou « demi-sanguine », à l’écorce orange tachetée de rouge. Il faut choisir des fruits denses, c’est-à-dire lourds pour leur taille, à la peau lisse et ferme, bien colorée et exempte de parties molles.

Comme les autres oranges, les sanguines sont riches en antioxydants. Je vous les propose ici « à la sicilienne », c’est à dire servies en salade avec des olives et une vinaigrette à l’huile. Miam miam!

Essayez notre salade d’oranges à la Monica

salade

The following two tabs change content below.

Auteur

Cinzia Cuneo

Cinzia Cuneo, fondatrice de SOSCuisine.com, n’a jamais voulu négliger la qualité de son alimentation. Elle vous partage son expertise particulière pour faire de la bonne cuisine en un minimum de temps et sans complications!

Cinzia Cuneo

Derniers articles par Cinzia Cuneo (voir tout)

Aucun commentaire à “Des oranges… royales”

février 11, 2010 à 5:38 , fragoline dit:

difficile de retrouver le bon gout des oranges sanguines,depuis quelques années celui-ci s’est bien altérer

février 13, 2010 à 6:54 , Calimero dit:

J’ai fait cette recette avec des « Oranges Cara »que j’ai découvert cette année ,la recette était délicieuse. Je n’avais pas eu d’éloge pour les sanguines. Faut croire que j’avais mal frappé cette fois-la.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *