Il y a encore trop de gras trans dans votre assiette

15 septembre, 2014 ,

Les gras trans ont fait couler beaucoup d’encre au début des années 2000 et avec raison. Ces gras ont un effet néfaste sur la santé cardiovasculaire qui fait consensus au sein de la communauté scientifique. En plus, à l’exception des produits laitiers, ces gras se retrouvent principalement dans des aliments ultra-transformés et peu nutritifs, ce qui n’aide certainement pas leur cause.

Pour être franc avec vous, je pensais que les gras trans étaient chose du passé. De 2000 à 2007 environ, les gras trans étaient sur toutes les lèvres. La tonne d’études qui se penchaient sur leur cas ne faisait que renforcer petit à petit l’envie de tout le monde de les éliminer totalement de l’alimentation. Le gouvernement fédéral avait d’ailleurs établi à l’époque un groupe de travail dans le but d’évaluer comment et à quel point les gras trans devaient être bannis.

La décision a été annoncée le 20 juin 2007 par le ministre de la Santé : l’industrie agroalimentaire et les restaurateurs étaient fortement invités à limiter la quantité de gras trans contenue dans les aliments. Même si cette approche était « volontaire », il était clair à l’époque que si les cibles n’étaient pas atteintes en 2 ans, donc en 2009, Santé Canada imposerait la réduction via une réglementation. L’industrie a vivement réagi et a compris qu’elle devait s’ajuster. En avril 2008, le Conseil de la transformation agroalimentaire et des produits de consommation (CTAC) publiait d’ailleurs un guide pour accompagner ses membres dans le processus de réduction des gras trans.

autopromo_heart_healthy_fr

J’ai  d’ailleurs un souvenir assez frappant d’une de mes profs à l’université en 2007 qui nous disait qu’elle pourrait probablement un jour cesser de parler des gras trans dans ses cours grâce à la réglementation fédérale qui devait inévitablement arriver.

Et maintenant?

Comme je vous disais, j’étais certain que les gras trans étaient un problème du passé. Après cette annonce d’une réglementation, tout le monde est passé à autre chose (moi inclus) et ce sont les antioxydants, le quinoa, le kale, le gluten et maintenant le sucre qui ont successivement attiré l’attention des médias.

girl-eating-cakeMais voilà, selon un rapport gouvernemental datant de 2010 que mon informatrice (qui préférait rester anonyme) a obtenu par le biais de la Loi sur l’accès à l’information, même si environ 75% des aliments semblent respecter la limite et que l’apport en gras trans de la population a diminué, l’apport en gras trans des Canadiens est encore supérieur à ce que l’Organisation Mondiale de la Santé recommande, soit 1% de l’apport énergétique total. Toujours selon le rapport, les enfants de 1 à 8 ans consommeraient proportionnellement plus de gras trans que les adultes.

Bref, les gras trans industriels sont encore là, malgré leur inutilité et leur nocivité. Même si Santé Canada possède ces informations depuis 2010 et même si l’organisme gouvernemental avait avancé qu’il imposerait la réduction par le biais d’une réglementation si les cibles n’étaient pas atteintes, aucune réglementation n’a été mise en place pour limiter les gras trans dans les aliments vendus aux Canadiens.

Qu’est-ce qu’on peut y faire?

Selon le rapport de 2010, les principales sources de gras trans dans l’alimentation des Canadiens sont les margarines, le shortening et les pâtisseries. Puisque les restaurants n’ont pas l’obligation d’afficher le contenu en gras trans des mets qu’ils vendent (contrairement aux aliments vendus en épicerie qui doivent obligatoirement l’afficher), plusieurs grandes chaînes vendent encore des aliments qui contiennent beaucoup de gras trans. Vous savez donc quoi faire si vous voulez les éviter!

margarine shortening bakery

Ceci étant dit, une pétition pour interdire les gras trans dans les restaurants se trouve sur le site de l’Assemblée Nationale. Et ce n’est parce que ce n’est plus un sujet « hot » qu’ils font moins de tort à notre santé! Alors, allez donc la signer pour qu’on s’en débarrasse une bonne fois pour toute et que ma prof à l’université puisse enfin arrêter d’en parler!

The following two tabs change content below.

Auteur

Bernard Lavallée

Bernard Lavallée est nutritionniste et auteur du blogue Le nutritionniste urbain. Spécialisé en communication et en vulgarisation scientifique, il travaille chez Extenso, le centre de référence en nutrition de l’Université de Montréal où il est fréquemment appelé à commenter l’actualité et les tendances en nutrition pour divers médias depuis 2011. Son but est d’exploiter toutes les formes de communications pour rejoindre les consommateurs.

2 commentaires à “Il y a encore trop de gras trans dans votre assiette”

septembre 18, 2014 à 8:45 , Marie-Claude Pineau dit:

Il est malheureux que votre article paraisse dans l’envoi de septembre car il est trop tard pour signer la pétition à laquelle vous faites référence. La date limite pour signer la pétition était le 13 août 2014. Dommage!

Cinzia Cuneo

septembre 18, 2014 à 8:51 , Cinzia dit:

Bonjour Marie-Claude, effectivement cet article aurait du être publié avant. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *