Les solanacées / nightshades sont-elles dangereuses pour la santé ?

9 août, 2021 , ,

En nutrition, il n’est pas rare d’entendre tout et son contraire. Alors comment s’y retrouver lorsqu’un jour on entend qu’il faut éliminer un aliment de son alimentation, puis le lendemain c’est celui qu’il faut absolument avoir dans son assiette ? Vous avez peut-être entendu dire que les solanacées/nightshades sont dangereuses pour la santé, car elles contiennent des composés toxiques et que l’on ferait mieux de les éviter. Mais alors, faut-il éliminer les solanacées/nightshades de notre alimentation ? Et pourquoi ?

Avant tout, que sont les solanacées ?

La famille des Solanacées (Solanaceae) regroupe une centaine de genres et plus de 2700 espèces de plantes. On y trouve des fruits et légumes, des plantes industrielles (tabac) et bon nombre de plantes ornementales.

Parmi les fruits et légumes, nombreux sont de consommation courante: tomate, aubergine, pomme de terre, poivron, piment, baies de goji. De multiples herbes et épices sont également dérivées de ces légumes, notamment le poivre de Cayenne, le chili et le paprika.

Les solanacées sont-elles dangereuses pour la santé ?

Les solanacées renferment des composés considérés toxiques, les lectines et les alcaloïdes, s’ils sont ingurgités en grande quantité. Ces composés sont présents dans la plante, car ils joueraient un rôle de protection contre les bactéries, virus, et champignons pathogènes, ainsi que certains insectes prédateurs.

Pour en savoir plus sur les lectines, je vous invite à lire notre article sur le sujet.

Les types d’alcaloïdes diffèrent en fonction des fruits et légumes et certains sont plus toxiques que d’autres. Par exemple, ceux présents dans la pomme de terre sont plus toxiques pour l’humain que ceux de la tomate.

Consommés en grande quantité, les alcaloïdes peuvent engendrer des symptômes tels que de la transpiration, des nausées, des diarrhées, des crampes abdominales, des céphalées, des bronchospasmes, de la somnolence, de l’agitation, des tremblements, de la confusion, ou encore des perturbations de la vue.

Plusieurs facteurs peuvent augmenter significativement la teneur en alcaloïdes des fruits et légumes : la génétique, les conditions de stockage, l’exposition à la lumière ou encore les meurtrissures faites lors de la récolte. Il faut savoir que ces substances sont retrouvées principalement dans les fleurs, les feuilles, les germes et la peau des fruits et légumes.

Lorsqu’un aliment contient des taux élevés d’alcaloïdes, il peut avoir un goût amer prononcé en bouche et occasionner des sensations de brûlures.

Cependant, soyez rassurés : les solanacées sont consommées régulièrement par des millions de personnes à travers le monde et les intoxications sont relativement rares ce qui permet de présumer que les faibles concentrations contenues dans les aliments ne suscitent pas de préoccupations.

Que disent les études ?

D’après des études faites sur les souris, les alcaloïdes présents dans la pomme de terre présenteraient un effet cytotoxique sur la membrane cellulaire pouvant affecter la perméabilité intestinale et augmenter l’inflammation intestinale chez les individus prédisposés aux maladies inflammatoires de l’intestin (MII).

Certains leur reprochent donc d’être pro-inflammatoires et de pouvoir aggraver les symptômes de personnes atteintes de maladies auto-immunes (telle la maladie cœliaque, la sclérose en plaques et la polyarthrite rhumatoïde). Voilà pourquoi quelques personnes choisissent de les exclure de leur alimentation.

Cependant, les connaissances scientifiques actuelles ne permettent pas de faire de recommandations à ce sujet. En effet, avant de pouvoir formuler des recommandations nutritionnelles, plus de recherches sont nécessaires pour savoir si ces conclusions sont transposables chez l’homme et si on peut étendre cela à toutes les solanacées.

Les solanacées, des aliments riches en nutriments !

Les fruits et légumes sont d’excellentes sources de vitamines, minéraux, antioxydants et fibres offrant de nombreux avantages pour la santé. Ce n’est pas pour rien que l’on recommande de remplir la moitié de notre assiette de légumes et fruits de couleurs variés à chaque repas et collation.

Voici quelques bonnes raisons de consommer des solanacées:

  • Le poivron rouge et les tomates sont riches en vitamine A et C qui agissent comme antioxydants dans l’organisme et l’aident à lutter contre les infections virales et bactériennes, à protéger la paroi des vaisseaux sanguins et ainsi réduire les risques d’athérosclérose ou encore d’optimiser l’assimilation du fer. La tomate renferme aussi du lycopène, un caroténoïde très puissant qui permettrait de prévenir certains types de cancer, des maladies cardiaques et qui renforce l’immunité.
  • Les pommes de terre sont également riches en fibres et en nutriments, elles contiennent notamment du potassium, la vitamine B6 et du manganèse. Comparativement aux légumes, la pomme de terre est riche en amidon voilà pourquoi on la considère comme un féculent. Elle fait partie d’une alimentation équilibrée lorsque consommée avec modération. Privilégiez les cuissons sans friture et évitez d’y ajouter trop de beurre et de crème. On les préfère au naturel avec des fines herbes.
  • Des études ont mis de l’avant que la consommation de solanacées, notamment les poivrons, est associée à un moindre risque de développer la maladie de Parkinson.
  • De plus, il semblerait que les solanacées pourraient aider à abaisser des niveaux de cholestérol élevés.

Quelques précautions à prendre

  • Consommez les fruits ou légumes mûrs, car la concentration en alcaloïdes est moindre que lorsque l’aliment n’est pas mûr et le goût sera meilleur.
  • Enlevez largement le pédoncule, c’est là où les alcaloïdes sont le plus concentrés.
  • Enlevez de vos fruits et légumes toute partie abîmée ou qui présente des signes de pourriture ou de germination.
  • Conservez vos pommes de terre dans un endroit frais, sec et à l’abri de la lumière.
  • Pelez vos pommes de terre, afin d’éliminer la majorité des alcaloïdes.
  • Consommez avec modération les tomates vertes et les produits qui en contiennent.
  • Ne consommez pas les tiges et les feuilles des solanacées.

Notez que la cuisson ne diminue pas la teneur en alcaloïdes des aliments.

Conclusion

Pour conclure, exclure les solanacées de votre alimentation n’est pas une solution optimale, car ces aliments renferment également de nombreux nutriments essentiels à la santé.

Si vous éprouvez des symptômes, digestifs ou autre, que vous pensez liés aux aliments que vous consommez ou bien si vous souffrez d’une maladie auto-immune, une de vos meilleures options reste de parler à une nutritionniste.

Elle saura vous aider à revoir votre alimentation et pourra vous proposer des modifications visant l’atténuation de vos symptômes en maximisant la diversité alimentaire.

 

Sources

1- La Nutrition. 2017. « Tout savoir sur la tomate ». https://www.lanutrition.fr/tout-savoir-sur-la-tomate [consulté le 30 juillet 2021].

2- Gouvernement du Canada. 2011. «Les glyco-alcaloïdes dans les aliments». https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/aliments-nutrition/rapports-publications/salubrite-aliments/glyco-alcaloides-aliments.html  [consulté le 30 juillet 2021].

3- Revue médicale Suisse. 2013. «Fruits et légumes : peuvent-ils être dangereux ?» revmed.ch/revue-medicale-suisse/2013/revue-medicale-suisse-394/fruits-et-legumes-peuvent-ils-etre-dangereux [consulté le 30 juillet 2021].

4- Przybylska, S. (2020). Lycopene–a bioactive carotenoid offering multiple health benefits: a review. International Journal of Food Science & Technology, 55(1), 11-32.

5- Patel, B., Schutte, R., Sporns, P., Doyle, J., Jewel, L., & Fedorak, R. N. (2002). Potato glycoalkaloids adversely affect intestinal permeability and aggravate inflammatory bowel disease. Inflammatory bowel diseases, 8(5), 340-346.

6- Iablokov, V., Sydora, B. C., Foshaug, R., Meddings, J., Driedger, D., Churchill, T., & Fedorak, R. N. (2010). Naturally occurring glycoalkaloids in potatoes aggravate intestinal inflammation in two mouse models of inflammatory bowel disease. Digestive diseases and sciences, 55(11), 3078-3085.

7- Fasano, A., & Shea-Donohue, T. (2005). Mechanisms of disease: the role of intestinal barrier function in the pathogenesis of gastrointestinal autoimmune diseases. Nature clinical practice Gastroenterology & hepatology, 2(9), 416-422.

8- Arrieta, M. C., Bistritz, L., & Meddings, J. B. (2006). Alterations in intestinal permeability. Gut, 55(10), 1512-1520.

9- Nielsen, S. S., Franklin, G. M., Longstreth, W. T., Swanson, P. D., & Checkoway, H. (2013). Nicotine from edible Solanaceae and risk of Parkinson disease. Annals of neurology, 74(3), 472-477.

10- Dougnon, T. V., Bankolé, H. S., Klotoé, J. R., Sènou, M., Fah, L., Koudokpon, H., … & Boko, M. (2014). Treatment of hypercholesterolemia: screening of Solanum macrocarpon Linn (Solanaceae) as a medicinal plant in Benin. Avicenna journal of phytomedicine, 4(3), 160.

The following two tabs change content below.

Auteur

Jennifer Morzier

Jennifer Morzier

Jennifer est nutritionniste diplômée de l’Université de Montréal depuis décembre 2018 et membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ). Elle est convaincue que la qualité de nos choix alimentaires a un impact direct sur notre santé et notre niveau d’énergie. Son objectif ? Aider à améliorer la qualité de ce que l’on met dans nos assiettes, c’est donc tout naturellement qu’elle allie ses efforts à ceux de l’équipe de SOSCuisine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site web utilise des témoins (cookies) pour offrir la meilleure expérience utilisateur et assurer une bonne performance, la communication avec les réseaux sociaux ou l'affichage de publicités. En cliquant sur «ACCEPTER», vous consentez à l'utilisation des témoins conformément à notre politique de confidentialité.

Notre infolettre hebdomadaire inclut :

  • Votre nouveau menu
  • Recettes, conseils nutrition et alimentation
  • Occasionnellement, des promotions sur les produits et services de SOSCuisine et de certains partenaires de confiance
  • Occasionnellement, des invitations à aider la recherche universitaire en répondant à des sondages ou études
  • Votre adresse email ne sera jamais transmise à des tiers et vous pourrez retirer votre consentement à tout moment.
SOSCuisine, 3470 Stanley, bureau 1605, Montréal, QC, H3A 1R9, Canada.