3 conseils pour limiter votre exposition à l’arsenic

29 juin, 2018 , , ,

Le riz et l’eau sont parmi les sources alimentaires les plus contaminées en arsenic. Une consommation élevée d’arsenic à long terme peut présenter des risques importants pour la santé. Voici 3 conseils pour limiter votre exposition à l’arsenic.

 

L’arsenic est un oligo-élément, c’est à dire un minéral nécessaire à la vie mais en quantité très faible et qui peut être toxique pour l’organisme lorsque présent à des taux trop élevés. Il existe sous deux formes, soit l’arsenic organique, retrouvé dans les tissus animaux et végétaux, principalement les poissons et fruits de mer, et l’arsenic inorganique, qui est la forme la plus toxique et que l’on retrouve dans le sol, les roches et les eaux souterraines. Les deux formes sont présentes naturellement dans l’environnement, mais leur taux est en croissance dû à la pollution.

Une consommation élevée d’arsenic à long terme peut augmenter le risque de maladies chroniques tels que les cancers, les maladies cardiovasculaires, l’hypertension et le diabète de type 2 de même qu’affecter la cognition et causer des malformations congénitales. Les gens les plus à risque sont ceux qui boivent l’eau tirée de leur puits, les femmes enceintes, les bébés, les enfants,  les gens qui consomment régulièrement du riz en grande quantité et les fumeurs puisque ces derniers sont plus sensibles aux effets cancérogènes de l’arsenic.

Parmi les sources alimentaires les plus contaminées, on retrouve l’eau, le riz et ses dérivés de même que la pomme et ses dérivés. En effet, l’eau utilisée dans l’irrigation des rizières dans les pays producteurs de riz est souvent contaminée. Les pommes peuvent aussi contenir un taux élevé d’arsenic, car un pesticide qui en contenait a été utilisé dans les vergers jusqu’à plus récemment. Les résidus sont absorbés par les racines des pommiers et transférés aux fruits. Très récemment, Santé Canada a adopté une nouvelle réglementation concernant l’arsenic en ce qui concerne l’eau en bouteille. Depuis mai 2018, l’eau vendue en bouteille au Canada ne devra pas contenir plus de 0,01 ppm ou 10 microgrammes d’arsenic par litre, ce qui équivaut à la concentration permise dans l’eau potable. Aux États-Unis et en Europe, cette réglementation existe déjà depuis plusieurs années.

Par contre, il n’existe pas encore de réglementation en ce qui concerne le taux d’arsenic dans les aliments tels que le riz. Ainsi, lorsqu’on consomme du riz ou des produits dérivés tels que des céréales ou des nouilles de riz, il y a des chances qu’ils soient contaminés. Il est à noter que le riz brun risque de contenir plus d’arsenic que le riz blanc, puisque les grains du riz brun sont entiers. Les gens qui suivent une alimentation sans gluten sont particulièrement à risque, puisqu’ils ont tendance à consommer plus de produits à base de riz. Voici quelques conseils pour limiter votre exposition à l’arsenic.

1. Mangez varié

En optant pour une alimentation variée, on évite de consommer des éléments indésirables en trop grande quantité. Pour limiter l’arsenic, variez vos sources de féculents aux repas. Si vous suivez une diète sans gluten, vous pouvez facilement remplacer le riz par du quinoa, du maïs, du sarrasin, du millet, de l’avoine, des légumineuses, des pommes de terre ou des patates douces. Variez aussi vos collations, car les aliments à base de riz tels que les céréales, craquelins et galettes de riz peuvent aussi contenir de l’arsenic. Profitez-en pour limiter les aliments transformés et choisissez plutôt des flocons d’avoine au déjeuner et des fruits, des crudités, des noix ou des pois chiches grillés en collation.

2. Rincez le riz avant de le consommer

Rincez le riz avant de le faire cuire. Utilisez une plus grande quantité d’eau que nécessaire pour la cuisson, tel que lorsqu’on cuit des pâtes. Vous n’aurez qu’à égoutter le riz une fois qu’il sera cuit. Cela permettra de diluer la quantité d’arsenic présente dans les grains de riz.

3. Faites tester votre eau

Si vous habitez en région, l’eau souterraine provenant des puits artésiens peut avoir une concentration élevée de métaux lourds incluant l’arsenic, d’où l’importance de la faire tester.

The following two tabs change content below.

Auteur

Kathryn Adel

Kathryn Adel

Kathryn possède des baccalauréats en kinésiologie et en nutrition et une maîtrise en nutrition sportive. Elle est membre de l’OPDQ et de l’Academy of Nutrition and Dietetics. Athlète de demi-fond, elle a couru pour l’équipe Montréal-Olympique et le Rouge et Or. Kathryn se spécialise en nutrition sportive, perte de poids, diabète, santé cardiovasculaire et gastro-intestinale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *