Prolifération bactérienne intestinale (SIBO) et alimentation

7 novembre, 2016 , ,

La prolifération bactérienne intestinale, plus communément appelée SIBO (small intestinal bacterial overgrowth, en anglais) est définie comme une croissance excessive des bactéries dans le petit intestin.

En temps normal, la plupart des bactéries se retrouvent dans le gros intestin, aussi appelé côlon. Par contre, dû à certaines conditions ou maladies, il peut arriver que les bactéries du côlon prolifèrent plus haut dans le système digestif, jusque dans l’intestin grêle. Ceci cause divers symptômes digestifs : diarrhée, ballonnements, gaz, douleurs abdominales, nausées, dyspepsie, constipation et même fatigue. Ces symptômes non spécifiques rendent le diagnostic du SIBO compliqué. D’autant plus que ceux-ci ressemblent beaucoup aux symptômes de d’autres maladies ou syndromes gastro-intestinaux, comme le syndrome de l’intestin irritable (SII).

Dans cet article, je ferai le point sur les différentes causes du SIBO,  les traitements possibles et les nouvelles recherches sur le sujet.

Les différentes causes de la prolifération bactérienne intestinale

intestins

La prévalence du SIBO est évaluée entre 4-18% de la population en santé. Les pourcentages sont jusqu’à quatre fois plus élevés chez les personnes qui souffrent du syndrome de l’intestin irritable. Les gens qui souffrent de maladies autoimmunes, comme la maladie coeliaque, semblent aussi avoir une prévalence plus élevée de SIBO que la population générale.

Il est bon de savoir que la prolifération des bactéries dans le petit intestin n’est pas une maladie en tant que tel. C’est plutôt un symptôme ou le résultats d’une maladie sous-jacente. Le développement du SIBO est associé à plusieurs maladies, dont la sclérodermie, l’insuffisance pancréatique, la pancréatite chronique, la diverticulite, le diabète, l’inflammation du petit intestin, les maladies inflammatoires de l’intestin, la maladie coeliaque, le syndrome de l’intestin irritable, la maladie de Parkinson, les maladies du foie, arthrite, etc.

Trois grandes catégories permettent d’englober la plupart des causes de la prolifération bactérienne intestinale:

1. Troubles de la motilité

Par exemple, le diabète est associé à une diminution des mouvements péristaltiques dans l’intestin. Cela crée un environnement propice à la prolifération bactérienne. La prise de certains médicaments, comme les narcotiques, et un âge plus avancé peuvent avoir ce même effet.

2. Interférences avec la défense antibactérienne de l’intestin grêle

Certains médicaments peuvent influencer le pH du système digestif, comme les inhibiteurs de la pompe à protons (PPIs). Ceci peut favoriser le développement du SIBO.

3. Anomalies structurelles du système digestif

La présence de diverticules, de tumeurs ou de sténoses dans le petit intestin peut aussi encourager la prolifération de bactéries.

Le traitement de la prolifération bactérienne intestinale (SIBO)

Généralement, le traitement du SIBO se fait en trois étapes.

La première étape consiste à induire la rémission (stopper les symptômes). La plupart du temps, pour induire la rémission, on doit prendre des antibiotiques, afin d’éliminer les bactéries qui se trouvent dans l’intestin grêle. Une toute récente découverte scientifique a démontré qu’un régime élémentaire (sous forme de préparation à boire) pourrait peut-être être un traitement pour le SIBO. Les préparations liquides élémentaires seraient mieux digérées qu’une alimentation régulière étant donné que les éléments nutritifs élémentaires (protéines, glucides et gras hydrolysés) sont digérés et absorbés plus tôt dans le système digestif. D’autres recherches sont nécessaires avant de pouvoir recommander ce type de régime, puisque ces préparations à boire sont très chères, en plus d’être peu appétissantes.

La deuxième étape consiste à prolonger la période de rémission le plus longtemps possible. Malheureusement, le SIBO est un syndrome qui a tendance à revenir après quelques années. Plusieurs moyens peuvent être employés pour allonger les périodes de rémission. On parle parfois de prendre des agents prokinétiques (médicaments qui aident aux mouvements intestinaux). En effet, des mouvements intestinaux plus réguliers rendent l’environnement moins propice à la multiplication des bactéries dans le petit intestin. Chez les personnes en santé, les mouvements péristaltiques dans le petit intestin sont une des raisons qui expliquent pourquoi nous n’y retrouvons habituellement pas une grande quantité de bactéries.

dietitian-nutritionniste

Pour prolonger les périodes de rémission, on peut aussi faire appel à l’alimentation. Une alimentation faible en FODMAP, par exemple, pourrait être indiquée, puisqu’elle contient peu d‘aliments qui fermentent dans le système digestif. On pense qu’en réduisant la fermentation due aux aliments, le risque de prolifération serait diminué. Par contre, plus de recherches contrôlées sont nécessaires pour mieux comprendre le lien entre alimentation faible en FODMAP et SIBO, et pouvoir en faire la recommandation générale.

Certains produits naturels comme l’Iberogast semblent aussi être efficaces dans le maintien de la rémission. L’Iberogast est un mélange de plusieurs plantes médicinal qui agit sur les différents symptômes gastrointestinaux associés avec le SIBO. Encore une fois, plus d’études sont nécessaires avant de pouvoir en faire la recommandation. Parlez-en à votre pharmacien, il pourra peut-être vous suggérer un produit qui vous aidera tout en respectant votre dossier.

La troisième et dernière étape est de traiter, si possible, la cause de la prolifération bactérienne. Comme mentionné plus haut, les causes sont multiples. Il vous faudra travailler de concert avec votre équipe de soins pour identifier la cause et la traiter le mieux possible.

Lien entre la prolifération bactérienne intestinale et le syndrome de l’intestin irritable

Comme mentionné plus haut dans l’article, le pourcentage de gens atteints du SIBO semble être significativement plus élevé chez les personnes atteintes du SII. On pense même qu’une partie des gens atteints du SII-D (syndrome de l’intestin irritable avec principalement de la diarrhée) auraient plutôt un SIBO. Les études effectuées jusqu’à maintenant ne permettent pas de savoir quel pourcentage des gens atteints du SII souffriraient plutôt de SIBO, mais les prochaines études devraient nous éclairer sur le sujet.

La prolifération bactérienne intestinale (SIBO) est un syndrome relativement nouveau, nous en avons encore beaucoup à apprendre sur le sujet. Encouragez votre équipe de soins à s’informer au sujet du SIBO si vous vous reconnaissez dans cet article!

Notre équipe nutrition est disponible pour faire des présentations sur la nutrition et la santé digestive auprès des professionnels de la santé. Si vous êtes médecin, infirmière ou nutritionnistes, informez-vous sur ces conférences gratuites. Pour voir les conférences que nous avons faites, c’est par ici.

Menus faibles en FODMAPs


RÉFÉRENCES

  1. Rezaie, A., Pimentel, M. et Rao, S.S. (16 janvier 2016). How to Test and Treat Small Intestinal Bacterial Overgrowth. Curr Gastroenterol Rep. 18(2):8. doi: 10.1007/s11894-015-0482-9.
  2. Baumier, Megan. (juillet 2015). Small Intestinal Overgrowth in Today’s Dietitan. Tiré de http://www.todaysdietitian.com/newarchives/070115p50.shtml
  3. Scarlata, Kate. (22 janvier 2014). Small Intestinal Bacterial Overgrowth (SIBO). Tiré de http://blog.katescarlata.com/2014/01/22/small-intestinal-bacterial-overgrowth/
The following two tabs change content below.

Auteur

Jef L'Ecuyer

Jef L’Ecuyer

Nutritionniste à SOScuisine.com

Jef est nutritionniste diplômée de l’Université McGill à Montréal depuis décembre 2014 et membre de l’ordre professionnelle des diététistes du Québec (OPDQ) et des Diététistes du Canada. Nouvellement finissante et passionnée par les arts culinaires, Jef propose un regard simple, efficace et pratique sur la planification des repas quotidiens. Dans cette perspective, elle travaille de concert avec la mission de l’équipe de SOSCuisine.

Articles

9 commentaires à “Prolifération bactérienne intestinale (SIBO) et alimentation”

novembre 10, 2016 à 10:36 , Fernand Barbeau dit:

Bonne journée
Vive les bonnes recettes santés.

novembre 15, 2016 à 10:30 , Ghislaine dit:

Pour compléter vos informations sur le SIBO, je vous invite à lire « Enteroimmunology » du Dr Charles A. Lewis, Psy Press , 15 nov. 2014, 550 pages.
Vous pouvez trouvez ce livre sur Amazon. Il y a n chapitre entier sur le SIBO.
Il y a aussi le livre du Dr Georges Mouton, « Écosystème intestinal & Santé optimale », Marco Pietteur Éditeur (acheter la dernière édition).

novembre 26, 2017 à 2:12 , JG Sanche dit:

Bonjour,
Ou peut-on faire les test de dépistages du SIBO dans la grande région de montréal?
Merci.

Jef L'Ecuyer

novembre 27, 2017 à 10:06 , Jef L'Ecuyer dit:

> Bonjour!

Le meilleur test diagnostic jusqu’à maintenant est la test respiratoire au lactulose (breath-test) qui mesure la réponse à l’hydrogène et au méthane. Pour faire ce test, il faudrait en parler avec votre gastro-entérologue, c’est lui qui pourra vous prescrire le test.

janvier 06, 2018 à 8:36 , Bob dit:

Pouvez vous nous réferer un ou plusieurs gastro-entérologue au privé? Parceque j’en ai parlé a mon médecin de famille (du SIBO et des tests requis) et il m’a pratiquement rie au nez et depuis je me suis tourné vers le privé (puisque changer de médecin de famille est un processus d’un ans+ au québec) mais malheureusement trouver un gastro-entérologue dans la région de montréal qui n’en ai pas qu’apres mon portefeuille semble mission impossible…

L’autre option étant le public et une attente de 2 ans+…

Je n’ai pas envie d’attendre 2 ans pour un simple diagnostique de SIBO et pour une poigné d’antibiotics, tout conseil serait le bienveue

Jef L'Ecuyer

janvier 10, 2018 à 10:59 , Jef L'Ecuyer dit:

> Bonjour Bob!

Je ne connais malheureusement pas de gastroentérologue qui traitent spécifiquement le SIBO, je vous réfère donc à l’association des gastro-entérologues du Québec (AGEQ): https://ageq.net/ Ils pourront mieux vous aiguiller dans vos recherches.

À ma connaissance par contre, vous aurez besoin d’une référence de votre médecin de famille (ou d’un médecin au privé) avant d’avoir un rendez-vous avec un gastroentérologue.

janvier 31, 2018 à 7:59 , JG Sanche dit:

j’avais déjà communiqué avec l’association des gastro-entérologues du Québec il y a quelques mois. La responsable m’a répondu que ce n’était pas leur mandat de référer des médecins. Elle s’occupait de défendre les intérêts des membres de son association.

J’ai déjà mes résultats des tests pour le Sibo que je passé au privé suite a une prescription de mon médecin. Mais malheureusement personne pour émettre le diagnostique officiel… Mon médecin ne connait pas bien le sujet. Je sais que la solution est de prendre des antibiotiques spécifiques mais personne veut me le prescrire car ils ne connaissent pas ça. Je continue mes démarches.
Bonne chance.

avril 03, 2018 à 10:37 , LP dit:

Bonjour JG Sanche pouvez-vous me dire de quelles façons vous avez réussi à faire le test pour le SIBO ? Si vous avez des résultats mais personne pour émettre le Dx, est-ce parce que ce n’est pas un gastro-entérologue qui vous a fait passer le test ? Alors qui est-ce ? Je cherche désespérément à faire ce test, pouvez-vous m’éclairez svp ?

avril 09, 2018 à 1:58 , Mia dit:

Jg Sanchez, plusieurs naturopathes font le test pour moins de 50$. Evidement, pas de diagnostic officielle puisque c’est un acte reservé, mais un traitement sera possible. En medecine traditionnelle, on prescrit, encore, des antibiotiques pour regler un problème de bacteries qui a probablement été empiré ou crée par la prise d’antibiotique à repetition. Je vous conseille d’aller lire sur le Dr.Donatini et ses recherches. En europe, ils sont plus avancé qu’ici. Selon mes recherches, à part les naturopathes, personne ca vraiment t’aider. Mon médecin m’a même avoué, off the record, qu’elle ne peut rien faire pour moi, d’aller voir une naturo. Bon courage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *