Allergie au nickel et alimentation: un lien possible?

28 juin, 2022 ,

Le nickel est un métal présent dans l’eau, le sol, l’air et la biosphère. Il est utilisé avec d’autres métaux pour former des alliages et est largement employé dans la production d’acier inoxydable. Le nickel est l’un des principaux éléments responsables des dermatites de contact allergiques.

Selon les données publiées par le Système européen de surveillance des allergies de contact (ESSCA) en 2004, il est confirmé que la prévalence de la positivité des tests épicutanés dans la population générale en Europe est d’environ 20 % ; notamment, l’Italie serait le premier pays d’Europe pour la prévalence des personnes souffrant d’allergie au nickel (32,1 %) tandis que le Danemark serait le dernier avec une prévalence de 9,7 %.

Manifestations cliniques

L’allergie au nickel se manifeste par différentes modalités: cutanées, localisées ou systémiques, et extra-cutanées.  On peut distinguer :

  • la dermatite de contact allergique (DCA)
  • le syndrome d’allergie systémique au nickel (SNAS) avec des manifestations soit cutanées (appelées dermatite de contact systémique ou DSC) soit extracutanées (gastro-intestinales, respiratoires, neurologiques, etc.)

La forme clinique classique engendrée par l’allergie au nickel est la dermatite de contact allergique (DCA). Le nickel est responsable de 35 % des DCA liés ou non à l’activité professionnelle. La dermatite causée par le contact avec le nickel est généralement facile à reconnaître: elle se présente sous la forme d’un eczéma zonal confiné aux sites cutanés en contact direct avec des objets libérant du nickel, tels que les lobes d’oreilles (boucles d’oreilles), les poignets (montres), le cou (colliers), la région ombilicale (boutons de jeans).

Il existe également une autre forme, le syndrome d’allergie systémique au nickel (SNAS): Dans les années 1970, des chercheurs ont constaté qu’un nombre considérable de patients allergiques au nickel présentaient des dermatites sur des sites autres que ceux qui avaient été en contact avec des objets plaqués de ce métal. Les sites les plus fréquents de ces éruptions étaient les plis des coudes, le cou et l’intérieur des cuisses, les paumes des mains, les bords latéraux des doigts et les plantes des pieds; des eczémas des paupières et des eczémas kératosiques des coudes ont également été fréquemment décrits. En raison de la symétrie des lésions, on a soupçonné une absorption systémique de nickel, qui peut se produire par le biais de l’alimentation, par exemple. Les manifestations peuvent également inclure maux de tête, aphtes et symptômes gastro-intestinaux, qui peuvent facilement se superposer et être confondus avec ceux du syndrome de l’intestin irritable.

Diagnostic

Le diagnostic de la DCA (dermatite de contact allergique) est basé sur le Patch Test (un test épicutané) pour le Nickel, qui consiste à appliquer sur la peau (généralement sur le dos) une préparation contenant du Nickel pendant une période de 48 heures; après un délai supplémentaire de 24-48 heures, on procède à une évaluation qui permet de confirmer la réaction par l’apparition, dans la zone d’application, d’une zone érythémato-vésiculaire plus ou moins prononcée selon la sensibilité du sujet.

Par contre, pour étudier le syndrome systémique du nickel, il est nécessaire (après avoir vérifié la sensibilisation par le Patch Test) d’effectuer un régime d’exclusion pendant une période de 2 à 3 semaines et d’évaluer la réponse clinique, qui doit démontrer une amélioration significative.

La procédure de diagnostic comporte certains défis, car les informations sur la teneur en nickel des aliments sont extrêmement hétérogènes. La concentration de nickel dans le sol, l’air et l’eau est, en fait, extrêmement variable et difficile à déterminer. C’est pourquoi le consensus sur la présence de nickel n’est presque unanime que pour les légumineuses (en particulier les arachides, les haricots, les pois), les crustacés, les noix et les aliments en conserve. Il est toutefois important de souligner que de nombreux aliments d’origine végétale sont responsables des symptômes décrits.

Pages : 1 2

Auteur

Antonella Giordano
Antonella cumule 2 titres professionnels en nutrition car elle détient un bac en Sciences Alimentaires (Université de Gênes) et une maîtrise en Nutrition (Université de Bologne). De plus elle est biologiste (Université de Florence). Elle est membre de l'Ordre des biologistes (ONB) depuis 2013 et membre du SINU. Passionnée par les questions de psycho-nutrition, son objectif est d'aider ses patients à trouver un équilibre et un rapport sain et correct avec la nourriture et avec leur corps, sans jamais oublier que choisir ce que l'on mange est un acte important pour nous-mêmes, pour ceux qui nous entourent et pour le monde qui nous héberge.

4 commentaires à “Allergie au nickel et alimentation: un lien possible?”

22 juillet, 2022 Guylaine Lacroix dit:

Bonjour madame Giordano.
Constatant que les questions portant sur la psycho-
nutrition vous intéresse auriez-vous des ouvrages à me suggérer. J’ai une formation non complétée en psychologie et j’aimerais en savoir davantage sur le sujet afin d’aider ma fille dans son rapport avec la nourriture.

Merci beaucoup.

25 juillet, 2022 Antonella Giordano dit:

Bonjour madame Lacroix,

à mon avis ça pourrait être intéressant pour vous de lire « The Golden Cage: the Enigma of Anorexia Nervosa » de Hilde Bruch. Un ouvrage classique encore important pour mieux comprendre.

15 novembre, 2022 Guilbert dit:

Bonjour madame Giordano,
Nous comptons réaliser du cidre en famille d’ici l’an prochain en utilisant, entre autre, un magnifique et ancien broyeur à pommes vieux de 100 ans environ, utilisé en général pour dissocier les fruits qui seront pressés par la suite.
Seulement, il est en fer et pour s’assurer de la bonne hygiène de notre démarche, il ne nous faut pas de possible point de rouille. Il m’a donc été proposé de tremper ces éléments en fer dans un bain de nickel (utilisé en industrie), qui a la même propriété (anti rouille) que l’inox, ainsi qu’une très forte accroche sur le fer.

D’après vous, si ces éléments ne sont que brièvement en contact avec le nickel, ai je un risque que ce cidre/poiré, entraîne des réactions allergiques ?

Au plaisir de vous lire

Bien à vous

GF

17 novembre, 2022 Antonella Giordano dit:

Bonjour Guilbert,

Effectivement il se peut que la quantité de nickel soit plus élevée dans le produit final, par rapport à la pomme qui peut déjà en contenir. Vous ne serez peut-être pas mieux avec un appareil en inox, car il peut y avoir des traces de nickel aussi. En général je me préoccuperais plus de la salubrité du produit que de la présence de nickel.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des témoins (cookies) pour offrir la meilleure expérience utilisateur et assurer une bonne performance, la communication avec les réseaux sociaux ou l'affichage de publicités. En cliquant sur «ACCEPTER», vous consentez à l'utilisation des témoins conformément à notre politique de confidentialité.

Notre infolettre hebdomadaire inclut :

  • Votre nouveau menu
  • Recettes, conseils nutrition et alimentation
  • Occasionnellement, des promotions sur les produits et services de SOSCuisine et de certains partenaires de confiance
  • Occasionnellement, des invitations à aider la recherche universitaire en répondant à des sondages ou études
  • Votre adresse email ne sera jamais transmise à des tiers et vous pourrez retirer votre consentement à tout moment.
SOSCuisine, 3470 Stanley, bureau 1605, Montréal, QC, H3A 1R9, Canada.