5 faits sur la consommation de poisson durant la grossesse

29 juillet, 2014

La consommation de poisson pendant la grossesse permet aux femmes de fournir des nutriments importants au foetus en développement. Le poisson se distingue des autres choix offerts dans le groupe alimentaire « Viandes et substituts » en raison de son profil lipidique.

Ainsi, le poisson a généralement une plus faible teneur en graisses saturées et une teneur plus élevée en acides éicosapentaènoïque (EPA) et docosahexaènoïque (DHA), des acides gras polyinsaturés oméga-3 à longue chaîne. Le poisson fournit aussi des protéines de haute qualité et d’autres nutriments essentiels, c’est-à-dire des vitamines (p. ex. vitamine D et choline) et des minéraux (p. ex. sélénium, iode, fer, zinc et cuivre).

  1. Le poisson contribue à une saine alimentation pendant grossesse. Il faut consommer au moins 150 g (5 onces) de poisson cuit chaque semaine, tel que recommandé dans le Guide alimentaire canadien.
  2. Le poisson fournit des quantités significatives d’acides gras oméga-3 et d’autres nutriments essentiels pendant la grossesse, comme la vitamine D, le zinc et le fer.
  3. Il est possible de retirer encore plus d’avantages pour la santé en utilisant des méthodes de cuisson qui nécessitent moins de matières grasses. Ainsi, vous pouvez faire griller, pocher ou bouillir le poisson ou encore le faire cuire au four.
  4. Il est utile de faire varier le goût qui est transmis au bébé via le placenta. Cela permet aussi aux femmes enceintes de mieux apprécier le goût du poisson. On peut l’assaisonner avec du jus de citron, des fines herbes (comme l’aneth) ou des épices (comme le cari) pour en améliorer la saveur et l’arôme. Le poisson en conserve a une saveur plus neutre lorsqu’il est consommé dans une salade ou un sandwich.
  5. Il est important de consommer uniquement du poisson et des fruits de mer bien cuits (incluant les produits fumés et réfrigérés). La consommation de poisson et de fruits de mer crus ou partiellement cuits augmente le risque de certaines infections d’origine alimentaire, comme la listériose.

Consommation de poisson recommandée pendant la grossesse

autopromo_pregnancy_fr

Santé Canada recommande aux femmes enceintes de continuer à consommer au moins 150 grammes (5 onces) de poisson cuit par semaine, tel que recommandé dans le Guide alimentaire canadien. Santé Canada leur suggère également de porter une attention toute spéciale aux types de poisson qu’elles mangent. Étant donné que de nombreuses grossesses sont non planifiées, cet avis s’applique également à toutes les femmes en âge de procréer et aussi aux femmes qui allaitent.

Les femmes devraient choisir des types de poisson qui contiennent habituellement peu de contaminants, comme le saumon, la truite, le hareng, l’églefin, le thon pâle en conserve, la goberge, la sole, le flet, les anchois, l’omble, le merlu, le suceur ballot, l’éperlan, le maquereau de l’Atlantique les poissons blancs de lac.

Types de poisson à consommer moins souvent

manger du poisson enceinte

Certains types de poisson contiennent des contaminants, comme le méthylmercure. Les femmes qui consomment de grandes quantités de ces poissons peuvent dépasser la limite maximale fixée pour ces contaminants. Santé Canada émet des avis sur la consommation du poisson vendu au détail, tandis que certaines agences provinciales ou territoriales en émettent sur le poisson pêché localement. Environnement Canada offre une liste à jour des instances responsables d’émettre des avis sur la consommation de poisson dans chaque province et territoire.

Afin de limiter leur exposition aux contaminants, les femmes devraient choisir des poissons dont la concentration en contaminants ne présente habituellement pas de risque pour la santé.

Santé Canada
Consultez leur site pour en savoir plus sur les références

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *