Pourquoi exclure les protéines de lait de vache ou les protéines bovines ?

6 janvier, 2021 , , , ,

Pour certains bébés, les protéines de lait de vache ou les protéines  bovines contenues dans le lait maternel ou dans les préparations lactées peuvent être difficiles à digérer. Est-ce que les adultes peuvent aussi avoir intérêt à exclure produits laitiers et protéines bovines?

Afin de mieux comprendre l’intérêt de ces exclusions commençons par comprendre ce qu’est une allergie alimentaire.

Qu’est ce qu’une allergie alimentaire?

Il existe 2 types d’allergies alimentaires. On retrouve les allergies dites IgE médiées et les non IgE médiées. 

On parlera d’allergies IgE médiées lorsque le système immunitaire intervient. Dans ce type d’allergie, le corps réagira excessivement lorsqu’il est en contact avec une protéine qui est pourtant inoffensive pour la majorité des personnes. Cette réaction peut-être déclenchée par une très petite quantité de l’aliment voir un simple contact avec celui-ci.

Les symptômes apparaissent habituellement dans les minutes, voir les 2 h qui suivent l’ingestion de l’aliment. Parmi ces symptômes on retrouve notamment des réactions cutanées (urticaire, gonflement, démangeaisons…), des réactions gastro-intestinales (douleurs abdominales, diarrhées, vomissements…), des difficultés respiratoires.

Des tests cutanés et une analyse sanguine, visant à mesurer la concentration d’IgE, permettent de poser un diagnostic.

On parlera d’allergie non IgE-médiée lorsque le système immunitaire n’est pas mis à l’épreuve. Ce type d’allergie est parfois nommée intolérance. Dans ce cas, la réaction sera proportionnelle à la quantité de l’aliment ingéré et les symptômes peuvent mettre de 2 h à plusieurs jours pour apparaître. 

Parmi les symptômes on retrouve principalement des réactions du système digestif: diarrhées, vomissements, douleurs abdominales, sang et mucus dans les selles…

Afin d’établir un diagnostic, il est important d’observer si les symptômes disparaissent une fois que l’aliment est exclu de l’alimentation et d’exclure d’autres causes probables de la réaction.

Qu’est ce que l’allergie aux protéines de lait de vache?

Cette allergie touche principalement le nourrisson et disparaît généralement autour de 18 mois à 4 ans. Cette allergie peut aussi se développer au fil du temps (adolescence ou début de vie adulte) mais ceci est plus rare, affectant moins de 0,5% des adultes. Il s’agit d’une allergie courante parmi les nourrissons tout comme l’allergie aux œufs, aux arachides, aux noix, au blé, au soya et aux fruits de mer.

Le lait de vache contient deux principales protéines qui peuvent provoquer une réaction allergique: la caséine et le lactosérum. Il est possible d’être allergique à une seule protéine du lait ou aux deux.

Afin d’améliorer les symptômes, il est primordial pour l’enfant de cesser de consommer la ou les protéines qui sont la cause de ces allergies. Les protéines se transmettant par le lait maternel, une mère qui allaite devra donc suivre une diète excluant les protéines de lait de vache pour que son enfant se sente mieux. L’amélioration se voit habituellement les jours suivant le retrait de l’aliment de la diète de la mère. Si l’aliment est réintégré dans l’alimentation de la mère alors les symptômes réapparaîtront rapidement. 

Si l’enfant n’est pas allaité alors il faudra trouver une formule pour nourrisson adaptée ou exclure de son alimentation les protéines de lait de vache contenues dans: yogourt, lait, crème glacée, fromage, beurre, crème sûre mais aussi tous les aliments transformés pouvant contenir du lait ou des dérivés (biscuits, chocolat, bouillons, produits de boulangeries, trempettes, croustilles, bonbons…).

Il est important de distinguer l’allergie aux protéines de lait de vache de l’intolérance au lactose. Le lactose est un sucre (glucide) contenu dans le lait et en cas d’intolérance l’organisme est incapable de digérer ce sucre car l’enzyme qui permet cette digestion est produite en quantité insuffisante voire absente. Ainsi les gens intolérants au lactose devront exclure le lactose mais pourront continuer à consommer des produits laitiers sans lactose: yogourts sans lactose, fromages type parmesan, cheddar, gruyère, etc. qui contiennent de quantités négligeables de lactose.

Pages : 1 2

Auteur

Jennifer Morzier
Jennifer est nutritionniste diplômée de l’Université de Montréal depuis décembre 2018 et membre de l’Ordre des diététistes-nutritionnistes du Québec (ODNQ). Elle est convaincue que la qualité de nos choix alimentaires a un impact direct sur notre santé et notre niveau d’énergie. Son objectif ? Aider à améliorer la qualité de ce que l’on met dans nos assiettes, c’est donc tout naturellement qu’elle allie ses efforts à ceux de l’équipe de SOSCuisine.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des témoins (cookies) pour offrir la meilleure expérience utilisateur et assurer une bonne performance, la communication avec les réseaux sociaux ou l'affichage de publicités. En cliquant sur «ACCEPTER», vous consentez à l'utilisation des témoins conformément à notre politique de confidentialité.

Notre infolettre hebdomadaire inclut :

  • Votre nouveau menu
  • Recettes, conseils nutrition et alimentation
  • Occasionnellement, des promotions sur les produits et services de SOSCuisine et de certains partenaires de confiance
  • Occasionnellement, des invitations à aider la recherche universitaire en répondant à des sondages ou études
  • Votre adresse email ne sera jamais transmise à des tiers et vous pourrez retirer votre consentement à tout moment.
SOSCuisine, 3470 Stanley, bureau 1605, Montréal, QC, H3A 1R9, Canada.