Tout savoir sur l’intolérance à l’histamine

19 août, 2020 ,

Cet article a été écrit originalement le 19 août 2020 et mis à jour le 14 avril 2021.

L’histamine, c’est quoi ?

L’histamine est un composé chimique dérivé de l’acide aminé histidine. Elle est connue pour son rôle dans la réponse immunitaire de l’organisme aux protéines étrangères, en particulier la réponse allergique. Lors d’une réaction allergique, les anticorps entrainent la libération d’histamine, ce qui peut déclencher une cascade de réactions inflammatoires et provoquer des symptômes. Au quotidien, de petites quantités d’histamine aident à réguler les fonctions dans tout le corps. L’histamine est produite par les globules blancs du corps appelés mastocytes, mais est également présente naturellement dans de nombreux aliments. La quantité d’histamine dans les aliments peut être inhérente à l’aliment ou dépendre de facteurs externes tels que le stade de maturation, le stockage, la méthode de transformation et l’origine.

Intolérance à l’histamine

Une intolérance à l’histamine peut se développer lorsque le corps produit plus d’histamine qu’il ne peut décomposer. Des hypothèses suggèrent que l’intolérance à l’histamine peut être causée par un manque ou une activité réduite de l’enzyme diamine oxydase (DAO) qui aide à dégrader l’histamine dans le corps, ou par une production accrue d’histamine endogène, de même que par des prédispositions génétiques. Dans certain cas, une carence en enzyme DAO peut être une condition temporaire et réversible. Si les niveaux d’histamine dans l’organisme sont élevés pour une raison quelconque, la consommation d’aliments riches en histamine peut déclencher divers symptômes qui peuvent varier d’une personne à l’autre. Il est à noter que la prise de certains médicaments peut aussi affecter la concentration d’histamine dans l’organisme.

Comment savoir si on a une intolérance à l’histamine?

Tout comme les personnes qui sont intolérantes aux FODMAP*, celles qui ont une intolérance à l’histamine peuvent avoir des symptômes digestifs (maux de ventre, ballonnements, diarrhée, constipation, reflux, douleurs abdominales, ulcères de la bouche, nausées, vomissements). Toutefois, contrairement à l’intolérance aux FODMAP, l’intolérance à l’histamine s’accompagne généralement aussi de symptômes non digestifs. Ceux-ci peuvent inclure une sensation de serrement à la gorge ou à la poitrine, des palpitations cardiaques, migraines, maux de tête, vertiges, étourdissements, douleurs articulaires ou musculaires, bouffées de chaleur, démangeaisons, de l’urticaire ou eczéma, de la fatigue, dépression et de la congestion nasale. Les symptômes peuvent différer grandement d’une personne à l’autre. Généralement, les symptômes peuvent survenir immédiatement après l’ingestion d’un aliment déclencheur ou plus tard (deux à quatre heures après). Parfois, les symptômes peuvent varier selon les saisons de l’année. La prise d’antihistaminiques peut contribuer à réduire les symptômes liés à l’intolérance à l’histamine. Étant donné qu’une intolérance alimentaire n’implique pas une réponse immunitaire du corps, un test d’allergie ne peut pas permettre de diagnostiquer une intolérance à l’histamine. Par contre, il demeure important de consulter un allergologue afin d’exclure la présence d’une allergie alimentaire ou à une substance quelconque qui pourrait être la cause des symptômes. Il est aussi important d’exclure les autres causes potentielles des symptômes, incluant de mauvaises habitudes de vie, la mastocytose systémique, d’autres pathologies gastrointestinales comme la maladie cœliaque, ou la prise de médicaments inhibiteurs de l’enzyme DAO. À ce jour, il n’y a pas de consensus sur la façon de diagnostiquer une intolérance à l’histamine. La non-spécificité des symptômes et le manque d’outils de diagnostic validés incitent de nombreuses personnes à «magasiner les médecins»; c’est-à-dire consulter plusieurs spécialistes à la recherche d’une explication et d’une solution à leurs symptômes. La seule façon d’identifier une intolérance à l’histamine est de suivre une diète d’élimination spécifique. Des tests complémentaires peuvent aussi être effectués, tels que la mesure du taux sanguin d’enzyme DAO, des tests génétiques, des tests de provocation à l’histamine,  l’identification des polymorphismes génétiques et la détermination des biomarqueurs du métabolisme de l’histamine dans des échantillons d’urine ou de selles. Il est à noter que certaines personnes peuvent être intolérantes à d’autres composés chimiques présents dans les aliments tels que les sulfites, les salicylates et les glutamates. L’hôpital Royal Prince Alfred (RPAH) à Sydney en Australie a établi un protocole permettant d’identifier des intolérances à certains composés chimiques présents dans les aliments.

Pages : 1 2

The following two tabs change content below.

Auteur

Kathryn Adel

Kathryn Adel

Kathryn possède des baccalauréats en kinésiologie et en nutrition et une maîtrise en nutrition sportive. Elle est membre de l’OPDQ et de l’Academy of Nutrition and Dietetics. Athlète de demi-fond, elle a couru pour l’équipe Montréal-Olympique et le Rouge et Or. Kathryn se spécialise en nutrition sportive, perte de poids, diabète, santé cardiovasculaire et gastro-intestinale. Kathryn possède beaucoup d’expérience avec l’approche FODMAP et a complété la certification de l’université Monash.

7 commentaires à “Tout savoir sur l’intolérance à l’histamine”

septembre 11, 2020 à 8:03 , Francine Lacroix dit:

Une amie a des diarrhées fréquentes et toute la matinée depuis août 2018, après plusieurs examens à l’hôpital, les médecins n’ont pas trouvé la source de son problème et la retourne en bas de l’échelle à son médecin de famille qu’elle a perdu, et attend depuis 1 an qu’on lui en trouve un autre. À qui devrait-elle s’adresser pour trouver une solution.

Cinzia Cuneo

septembre 11, 2020 à 8:20 , Cinzia Cuneo dit:

Bonjour Francine,
Vous pourriez conseiller votre amie de rencontrer un allergologue.

septembre 13, 2020 à 10:38 , Louise Bouchard dit:

Bonjour,

J’ai fait plusieurs lectures sur l’intolérance à l’histamine et disons que ça expliquerait plusieurs de mes symptômes qui me dérangent depuis tellement d’années.
Je me rend compte que ce n’est pas nécessairement entre mes deux oreilles.
Je recherche une nutritionniste qui comprend la situation.
J’habite à Montréal et accepterait de me déplacer en dehors de la ville.

Cinzia Cuneo

septembre 13, 2020 à 10:56 , Cinzia Cuneo dit:

Bonjour Louise,
Effectivement il vaut mieux être suivi par une nutritionniste qui a de l’expérience avec cette diète. La bonne nouvelle est que nous avons des nutritionnistes qui ont cette expertise et vous n’avez nullement besoin de vous déplacer car nous offrons le service en télé-consultation. Vous trouverez tous les détails ici: https://www.soscuisine.com/vip-nutritionniste/

décembre 13, 2020 à 10:46 , Hettamnn dit:

Bonjour
Je m’appelle Ingrid j’ai déclenché une intolérance à l’histamine, ça va faire un peu plus d’un an, après la prise d’un antibiotique.

Les premiers symptômes ont été les démangeaisons et la peau hypersensible à la suite de ça j’ai eu la gorge serrée des rougeurs sur le visage les oreilles qui chauffe des ballonnements des diarrhées et des palpitations.
J’ai même eu une fois la mâchoire bloquée, j’ai le ventre qui gonfle à chaque fois que je mange, et j’ai également pris du poids du je pense à de la rétention d’eau peut-être, que je n’avais pas avant.
j’ai été voir mon allergologue qui m’a dit que j’avais une intolérance à l’histamine.
effectivement en suivant bien la liste qu’elle m’avait donné je voyais bien que mes symptômes diminuer.
Alors aujourd’hui je connais ma liste par cœur mais je vis très mal la situation, moi qui d’habitude je mange vraiment de tout aujourd’hui je suis vraiment limitée à peu de choses.
après 1 ans je vais un peu mieux j’arrive à manger un peu de chose que je n’arrivais pas avant et surtout j’arrive à vivre sans antihistaminique.
Que j’ai moi-même essayé de diminuer petit à petit car les antihistaminiques me donner des fringales.
j’ai remarqué une amélioration après avoir pris des vitamines à base d’acide hyaluronique et coenzyme Q10, en réalité c’est des petites fioles que j’ai pris pour mes cheveux ma peau et les ongles et suite à ça j’ai remarqué une amélioration au niveau de mes symptômes sur l’histamine, j’ai pris rendez-vous chez mon ORL qui m’a dit que les vitamines pouvait aider à protéger …
Alors de temps en temps je prend la cure et ça me fait beaucoup de bien.

C’est quand même dommage qu’il n’y ait pas de livre de recettes sur l’histamine, Histoire d’aider un peu à trouver des choses à faire car je trouve que c’est vraiment difficile de varié.

Je regrette d’avoir pris se médicaments qui m’a tout déclancher.
Aujourd’hui les restaurants les invitations chez les amies ça devient tout de suite relou :/

Jespere guérir un jour et perdre mes kilos pris depuis mon intolérance car je suis quelqu’un sportive d’habitude mais là je me sens tout les jours ballonner et j’ai constamment des palpitations.
Donc envie de rien.

février 07, 2021 à 10:49 , Blanche dit:

Bonjour,
Tout d’abord, merci pour votre article instructif.

J’ai plusieurs symptômes d’une intolérance à l’histamine, mais j’ai l’impression qu’ils suivent surtout la prise d’aliments ayant la capacité de libérer de l’histamine plutôt que d’aliments riches en histamine. Cela est-il possible ?

Merci par avance

février 07, 2021 à 9:53 , Kathryn Adel, MS, Dt.P. dit:

Bonjour Blanche,
Oui c’est possible, dans ce cas vous pouvez-essayer d’éviter seulement les aliments ayant la capacité de libérer de l’histamine pendant 2 semaines et voir si ça aide vos symptômes, par la suite tenter de réintroduire des aliments en petite quantité selon tolérance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site web utilise des témoins (cookies) pour offrir la meilleure expérience utilisateur et assurer une bonne performance, la communication avec les réseaux sociaux ou l'affichage de publicités. En cliquant sur «ACCEPTER», vous consentez à l'utilisation des témoins conformément à notre politique de confidentialité.

Notre infolettre hebdomadaire inclut :

  • Votre nouveau menu
  • Recettes, conseils nutrition et alimentation
  • Occasionnellement, des promotions sur les produits et services de SOSCuisine et de certains partenaires de confiance
  • Occasionnellement, des invitations à aider la recherche universitaire en répondant à des sondages ou études
  • Votre adresse email ne sera jamais transmise à des tiers et vous pourrez retirer votre consentement à tout moment.
SOSCuisine, 3470 Stanley, bureau 1605, Montréal, QC, H3A 1R9, Canada.