4 pires choses à dire à quelqu’un qui souffre du syndrome de l’intestin irritable

11 avril, 2016 ,

Ne souffrant pas moi-même du syndrome de l’intestin irritable, j’ai dû faire mes recherches pour cet article… J’ai parcouru des sites web et des groupes de soutien sur Facebook (comme le nôtre) pour les gens qui souffrent de problèmes gastro-intestinaux. Aussi, j’ai pigé dans les courriels que nous recevons constamment des personnes qui suivent nos menus faibles en FODMAP*. Ce qui m’a surpris le plus, c’est que même les petits commentaires que l’on fait, sans avoir une idée malicieuse, peuvent affecter négativement une personne atteinte du SII. Je partage avec vous mes découvertes et vous donne quelques pistes pour pouvoir aider vos proches qui souffrent du SII. Voici les 4 choses à ne jamais dire à quelqu’un avec un syndrome de l’intestin irritable.

“Tout se passe dans ta tête!”

upset-fache-triste

Même si on ne connaît pas encore précisément la source du syndrome de l’intestin irritable (SII), chose certaine est que tout ne se passe pas dans la tête des gens qui en souffrent! Le SII est un trouble multifactoriel qui semble impliquer plusieurs systèmes dans le corps, dont évidemment le système digestif, mais aussi le système nerveux et le microbiote.

Plusieurs hypothèses sont actuellement en cours de recherche. Le SII pourrait être expliqué par un microbiote altéré, un trouble de communication dans l’axe intestin-cerveau (gut-brain axis) ou une hypersensibilité viscérale.

Dans le même ordre d’idées, suggérer à quelqu’un de «juste relaxer» n’aide pas vraiment… Même s’il est vrai que le stress peut exacerber les symptômes reliés au syndrome du côlon irritable, le dire de cette façon peut entrainer plus de stress qu’aider à se calmer. Proposez plutôt à la personne une activité relaxante, comme le yoga ou la méditation, à faire ensemble, pour lui permettre de mieux gérer son stress.

*Les FODMAP sont des glucides fermentescibles qui sont en partie responsables des symptômes chez les gens souffrant du syndrome de l’intestin irritable (SII). Pour plus d’info, lisez cet article.

Pages : 1 2 3 4 5 Page suivante

The following two tabs change content below.

Auteur

Jef L'Ecuyer

Jef L’Ecuyer

Nutritionniste à SOScuisine.com

Jef est nutritionniste diplômée de l’Université McGill à Montréal depuis décembre 2014 et membre de l’ordre professionnelle des diététistes du Québec (OPDQ) et des Diététistes du Canada. Nouvellement finissante et passionnée par les arts culinaires, Jef propose un regard simple, efficace et pratique sur la planification des repas quotidiens. Dans cette perspective, elle travaille de concert avec la mission de l’équipe de SOSCuisine.

Articles

6 commentaires à “4 pires choses à dire à quelqu’un qui souffre du syndrome de l’intestin irritable”

avril 15, 2016 à 12:00 , Nala dit:

Bonjour, j’ai aujourd’hui 41 ans et j’ai souffert de ce problème dès l’âge de 14 ans. J’ai vécu un enfer pendant près de 23 ans. Ma vie tournait autour de ce problème, je pensais continuellement à ça, ma vie était limitée, je sortais peu et je ne profitais jamais de mes repas au restaurant parce que je savais que le moment fatidique arriverait. Des sueurs froides j’en ai connu plus que ma part croyez-moi. Dans mon cas à moi ce n’était pas la constipation ou la constipation ou la diarrhée. J’étais vraiment au prise avec des diarrhées très régulières. Rien pour permettre une vie épanouissante. J’ai fait des recherches sur internet, j’ai cherché le remède miracle, mais je ne trouvais pas malheureusement. Il y a environ 4 ans, j’avais 37 ans, je me suis dis ça suffit, je ne vivrai pas ainsi pour le reste de ma vie. J’ai rencontré mon médecin de famille et c’est ce que je lui ai dit et j’ai demandé un rendez-vous avec un gastro-entérologue (je n’en avais pas revu un depuis fort longtemps puisque par le passé cela ne m’avait rien apporté). J’ai eu mon rendez-vous, j’y suis allé et aujourd’hui depuis 4 ans (un RDV qui a durée à peine 10 minutes) je vis une vie épanouie comme jamais, je n’y pense même plus et j’ai même un premier projet de voyage, chose que jamais j’aurais fait auparavant, mais au grand JAMAIS. Aujourd’hui je ne crains plus d’aller dans un endroit sans salle de toilette. Le médecin en fait ma seulement donné 3 prescriptions et j’en ai essayé qu’une seule et c’est celle que j’utilise depuis. Le produit est Olestyr, c’est un petit sachet de poudre que je prends au levé le matin a jeun (ne comparer pas au métamucil). Oui au début il y a un peu de travail à faire, il faut trouver sa dose, si on choisi de prendre un demi sachet, on essai pas un sachet le lendemain, on prend la demi et on maintient pendant un mois, si ce n’est pas assé ensuite on corrige (cette partie là je remercie mon pharmacien qui m’a conseillé cette façon de faire). Pour ma part un sachet complet est idéal. Et oui au début il faut conditionner le cerveau, ça m’a pris quelques mois au début, à lui faire comprendre que c’était du passé maintenant ce syndrome, mais j’ai persévéré et croyez moi ça été payant. Je ne sais pas si l’olestyr fonctionne pour pour tout les types, je ne suis pas médecin, mais pour les diharrées, WOW. Je vis aujourd’hui la vie la plus normal qui soit comme si jamais j’avais vécu ce problème.

juin 26, 2017 à 8:37 , Diane Beaudoin dit:

Bonsoir!
J’ai 50 ans et moi aussi depuis aussi longtemps que je me souviennes j’ai la diarhée et oui c’est stressant partout ou je vais,j’ai étė decouragėe souvent que rien fonctionne et me faire sentir que c’est ds ma tête .

moi aussi v’l’a un mois je suis allée voir un gastro-entérologue et il m’a prescrit cela ( olestyr) je suis restė quelques minutes dans le bureau et mainteant je vois un beau changement!j’en suis toute surprise,mais tellement contente de plus j’avais a tout bout champs des crise d’urticaire et la peau qui me dėmangeais sans cesse lj’en ai plus depuis quelques jours apres le dėbut du traitement!

avril 15, 2016 à 3:37 , murielle renaud dit:

MERCI LE GROUPE DE NS AIDER POUR LE SII .

avril 17, 2016 à 9:13 , Christiane Trudeau dit:

J’ai ce problème et une grande intolérance au lactose depuis l’âge de 17 ans et j’ai été diagnostiqué à l’âge de 45 ans environ et j’en ai présentement 59. Je prend du Align et quand je mange des produits laitiers du Lactaid et ça aide. Mais tout ce qui est graine de lin, chia etc, oubliez ça.

avril 19, 2016 à 7:05 , Chantal Tremblay dit:

Je suis au prise avec le SII depuis plusieurs années et on peut dire que la médecine ne connaissait pas grand chose il y a huit ans quand j’ai été diagnostiquée. À l’urgence, on m’a renvoyée à la maison avec un diagnostic de colon irritable disant qu’il n’y avait rien à faire avec cet « état », que ce n’était pas grave mais avec une prescription de morphine et aucune explication ni forme de traitements !!!! Inutile de vous dire que j’ai pris quelques doses comme recommandée, la douleur étant si forte mais ai jeté le reste ne voulant pas en plus m’abdiquer à ces médicaments !!!! C’est avec beaucoup d’observation de mes réactions, de lectures et de recherches sur internet que j’ai trouvé que j’avais une intolérance au lactose. Mais cela a réglé mon problème en partie seulement. Les informations sur SOS du FODMAPS m’ont beaucoup aidé car c’était la première fois que de nombreux aliments ont été identifiés comme problématiques et m’ont fait comprendre que tout n’était pas dans ma tête et que je n’étais pas trop « sensible »….J’ai rencontré un gastro-entérologue qui lui m’a enlevé un polype au duodénum. Je prends actuellement des probiotiques sans lactose ( à ma propre initiative) qui contribuent grandement à une digestion presque normale, enfin améliorée à 80 % ! Même si la médecine ne considère pas cela comme une maladie, je pense que dans les faits le SII en est une puisqu’elle conduit à la longue à l’altération de l’intestin, la médication de l’estomac ainsi qu’à une qualité de vie drôlement affectée. De plus, les médicaments, le sucre dans le sang peuvent être altérés dans leur efficacité puisque mal assimilés et digérés par l’intestin.

mai 13, 2016 à 11:00 , LJ dit:

Félicitations pour votre article, il est très bien fait. Je souffre du SII depuis 4 ans. J’ai moi même trouvée ce qui me rendait extrêmement malade (perte de 30 livres en 30 jours, hospitaliser d’urgence 2 fois, etc.) car les spécialistes après un an de toute sorte de tests ne trouvaient rien. J’ai changée mon alimentation et j’ai commencée en réintroduisant des aliments j’étais tellement malade que j’ai fais un tableau avec tous les symptômes et rapporter mes résultats au gastrologue qui m’a diagnostiqué avec le SII et des intolérances au lactose et gluten. Il m’a suggéré la diète FODMAP. Suite à cette année de maladie, j’ai développée une phobie alimentaire pour laquelle je viens de compléter une thérapie. Je vais bien maintenant et je suis cette diète. Parcontre, les sorties aux restaurants sont très difficiles. Parcontre, quand je mange chez des proches la plupart comprennent et j’apporte ma propre nourriture. C’est un bon compromis. Encore une fois merci pour votre article!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *