Que faire si l’approche FODMAP ne fonctionne pas?

17 octobre, 2018 , , , ,

Vous avez remarqué que vous aviez des symptômes gastro-intestinaux tels que des ballonnements, des gaz, de la constipation, de la diarrhée ou un mélange des deux lorsque vous consommez des aliments qui contiennent du blé, du lactose, des oignons, de l’ail, du miel, des édulcorants ou certains fruits et légumes? Vous avez vu un médecin et avez été diagnostiqué avec le côlon irritable? Vous avez ensuite essayé l’approche FODMAP* mais n’avez pas eu de succès avec cette approche? Si cela est votre cas, voici quelques pistes pour vous éclairer sur le sujet et trouver une solution.

Les Menus de SOSCuisine: Une solution pour IBS

L’approche FODMAP

D’abord, assurez-vous que vous avez suivi l’approche FODMAP correctement. Il existe beaucoup de FODMAP cachés dans les aliments. Par exemple, lorsque vous voyez le mot «assaisonnements» dans la liste des ingrédients, cela signifie généralement que l’aliment en question contient de l’ail et/ou des oignons, qui sont élevés en fructanes et donc en FODMAP. Certains pains sans gluten contiennent de l’inuline, qui est un type de fibre élevée en fructanes et donc en FODMAP. Il ne s’agit que de quelques exemples parmi tant d’autres. Ainsi, il pourrait être utile que vous consultiez une nutritionniste spécialisée avec la diète FODMAP pour vous aider dans votre démarche.

La gestion du stress

Le stress exacerbe les symptômes du côlon irritable. Ainsi, travailler sur la gestion de votre stress peut vous aider davantage à atténuer vos symptômes digestifs. Que ce soit via l’activité physique, le yoga, la méditation, les techniques de respiration, la lecture, la musique ou autre, il est important que vous trouviez une façon de réduire votre niveau de stress qui fonctionne bien pour vous.

L’hypnothérapie

L’université Monash a récemment complété une étude qui a comparé les effets de la diète FODMAP versus l’hypnothérapie. Selon les résultats de cette étude, l’hypnothérapie spécifique au système digestif serait aussi efficace que la diète FODMAP pour améliorer les symptômes digestifs liés au côlon irritable. Si vous choisissez de consulter un hypnothérapeute pour vous aider à mieux contrôler vos symptômes, assurez-vous de choisir quelqu’un qui est spécialisé en hypnothérapie spécifique au système digestif.

Et si le gluten était vraiment responsable?

La sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC)

Beaucoup de gens ressentent des inconforts digestifs lorsqu’ils consomment du blé (pain, pâtes alimentaires, etc.) et croient à tort que ces inconforts sont causés par le gluten. L’exception, la maladie cœliaque, qui est une maladie auto-immune reliée à la consommation de gluten, affecte environ 1% de la population. Pour les gens atteints de maladie cœliaque, une diète strictement sans gluten est primordiale.

Hors, dans bien des cas, ce sont plutôt les fructanes qui provoquent des symptômes gastro-intestinaux et non le gluten. Alors que le gluten est une protéine retrouvée dans le blé et d’autres céréales tels que le seigle, l’épeautre et l’orge, les fructanes sont plutôt des sucres que l’on retrouve dans ces mêmes céréales. Plusieurs personnes qui ont le syndrome du côlon irritable ne tolèrent pas bien les fructanes. Dans environ 80% des cas, l’approche FODMAP permet de régler le problème.

Cependant, dans des cas plus rares, le gluten semble vraiment être la cause des symptômes. C’est ce qu’on appelle sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC). L’existence de la SGNC est controversée. Il n’y a pas assez d’études de haute qualité sur le sujet et les mécanismes causant les symptômes sont peu connus. Les recherches soulèvent l’implication de plusieurs mécanismes potentiels comme une réaction immunitaire (non auto-immune), une flore intestinale perturbée et une perméabilité intestinale accrue. Les évidences actuelles suggèrent qu’une faible proportion des personnes atteintes du côlon irritable (environ 8 à 14%) sont sensibles au gluten, bien qu’il n’y ait pas de façon précise de diagnostiquer la SGNC.

Les inhibiteurs de l’alpha-amylase et la trypsine

Il est aussi possible que des protéines autres que le gluten qui se retrouvent aussi dans le blé et autres céréales contenant du gluten provoquent des symptômes digestifs. Il s’agit des inhibiteurs de l’alpha-amylase et de la trypsine. Par contre, il est très difficile de différencier les effets du gluten et de ces autres protéines puisque qu’ils sont tous présents dans les mêmes aliments.

Quoi faire alors?

Si vous vous êtes assurés d’avoir bien effectué l’approche FODMAP et que vous êtes convaincus que vous êtes vraiment sensible au gluten ou autres protéines du blé, il est recommandé d’éliminer le gluten pendant quatre semaines, puis de le réintroduire progressivement pour déterminer si vous avez un certain seuil de tolérance.

En conclusion, éliminer une grande quantité d’aliments de votre alimentation peut s’avérer très restrictif à long terme et occasionner des problèmes de santé physiologique et psychologique. Ainsi, mieux vaut investiguer davantage les causes de vos symptômes afin d’éviter les restrictions inutiles.

*Les FODMAP sont des glucides fermentescibles qui sont en partie responsables des symptômes chez les gens souffrant du syndrome de l’intestin irritable (SII). Pour plus d’info, lisez cet article.


Références

  • Monash University Online Training (2018)
The following two tabs change content below.

Auteur

Kathryn Adel

Kathryn Adel

Kathryn possède des baccalauréats en kinésiologie et en nutrition et une maîtrise en nutrition sportive. Elle est membre de l’OPDQ et de l’Academy of Nutrition and Dietetics. Athlète de demi-fond, elle a couru pour l’équipe Montréal-Olympique et le Rouge et Or. Kathryn se spécialise en nutrition sportive, perte de poids, diabète, santé cardiovasculaire et gastro-intestinale.

Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *